Home / Décryptage / 74% des jeunes musulmans assurent préférer la loi islamique à la loi républicaine, 33% des 15-17 ans d’accord avec l’extermination des infidèles qui blasphèment

74% des jeunes musulmans assurent préférer la loi islamique à la loi républicaine, 33% des 15-17 ans d’accord avec l’extermination des infidèles qui blasphèment

Captain Harlock
Démocratie Participative
02 septembre 2020

 

Avec le début du procès de la tuerie de Charlie Hebdo lors duquel la rédaction anarcho-communiste dirigée par le dessinateur Charb a été intégralement exterminée par les frères Kouachi, une enquête d’opinion a été réalisée par l’Ifop pour mesurer l’opinion française face à cet événement.

Avant de poursuivre, le making of. A 4:50, Luz s’essaie à un numéro de pilpoul, « Là on voit pas le visage de Mahomet… comme ça… » :

Les musulmans n’ont pas été convaincus par l’exercice :

Aujourd’hui, dans les médias français, le ton est faussement triomphal. La republication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo est censée marquer le refus de la censure islamique et « la victoire de la République ». Philippe Val s’en félicite longuement sur Europe 1.

En réalité, la gauche laïcarde et libertaire, essentiellement composée de profs en retraite, est en voie de disparition. Sa sociologie historique s’évapore à toute vitesse sous l’effet de l’unification de la bourgeoisie urbaine qui entraîne à son tour un nouveau clivage, haut contre bas, à la place du clivage droite/gauche bicentenaire.

Ne reste donc aux anciens partis de gauche qu’à s’adapter. Or, tout ce qui n’est pas intégré dans la sociologie bourgeoise unifiée par Macron se retrouve aimanté par le « bas » et doit choisir entre le bloc populiste blanc votant RN ou le bloc fonctionnaires/immigrés représenté par la France Insoumise.

Mélenchon sait très bien où ses tartines sont beurrées et ce n’est pas chez Bernard-Henri Lévy. Il n’hésite plus à hâter le pas de la recomposition politique en amalgamant Charlie Hebdo à l’extrême-droite en raison de ses attaques contre l’Islam. Son objectif est de forger un populisme banlieusard fait du gauchisme des petits fonctionnaires et de l’islamisme des racailles immigrées.

Les ouvriers ayant massivement migré vers le Rassemblement National, les bourgeois de la gauche historique n’ont plus de base populaire sur laquelle s’asseoir politiquement. Ils ont cru un temps pouvoir remplacer ces ouvriers de souche par le sous-prolétariat immigré grâce à l’opération SOS Racisme montée par Jacques Attali et Julien Dray dans les années 80. Mais cette formule ne marche plus, la masse d’immigrés afro-musulmans étant devenue beaucoup trop importante pour la dominer culturellement.

C’est exactement ce que le sondage de l’Ifop révèle : les 10 millions de musulmans établis en France sont devenus totalement autonomes culturellement et leurs représentations collectives n’ont plus rien à voir avec celles des couches populaires françaises d’antan qui façonnaient la gauche en France.

La première chose qu’indique le sondage, c’est que les musulmans accordent une grande importance à leur religion. C’est le premier clivage dans une France dont la population autochtone est totalement sécularisée voire déchristianisée.

73% des musulmans en France comprennent l’indignation des musulmans en général suite à la publication des caricatures du prophète de l’Islam par Charlie Hebdo.

 

69% des musulmans en France estiment que la presse n’a pas à publier de caricatures du prophète de l’Islam.

66% des musulmans en France estiment qu’il est justifié de poursuivre en justice les blasphémateurs.

18% des musulmans – soit 2 millions d’individus – ne condamnent pas les frères Kouachi pour avoir exécuté les membres de la rédaction de Charlie Hebdo. Ce chiffre atteint 26% chez les jeunes musulmans.

Fait particulièrement intéressant, chez les 15-17 ans, entre 2016 et 2020, le nombre de musulmans qui ne condamnent pas les attentats est passé de 1% à 22% tandis que le nombre d’indifférents est passé de 3% à 10%.

En d’autres termes, 33% des musulmans de 15-17 ans ne condamnent pas l’exécution de non-musulmans qui blasphèment.

Enfin, le dernier clou dans le cercueil de la république française, 40% des musulmans pensent que l’Islam (la loi coranique) doit prévaloir sur la loi républicaine.

C’est 74% chez les musulmans de moins de 25 ans.

Résumons :

  • 74% des musulmans de moins de 25 ans considèrent que la charia doit prévaloir en France
  • 66% des musulmans de moins de 25 ans considèrent que le blasphème doit être puni par la loi
  • 33% des musulmans de 15-17 ans refusent de condamner le recours au djihad contre les infidèles

A titre informatif, je rappelle que 20% des enfants qui naissent en France reçoivent un prénom musulman. Précisons quelque chose que les gens uniquement obsédés par l’islam oublient systématiquement : les musulmans ne représentent pas la totalité de l’immigration extra-européenne en France. Il faut ajouter la dimension raciale à la question religieuse pour mesurer pleinement le Grand Remplacement. L’islam n’est qu’une conséquence d’un phénomène de substitution racial de grande ampleur.

Comme évoqué dans cet article, en 2050 les Blancs seront environ 40 millions en France dont seulement 25 millions de moins de 65 ans. Face à eux, il y aura environ 30 millions de non-Blancs dont 20 millions seront des musulmans.

Une autre précision de poids : ces chiffres sont « nationaux » et ne reflètent pas les différences de remplacement qui existeront entre les différentes villes, départements ou régions.

L’ancien responsable de la réforme du système de retraites de Macron, Jean-Paul Delevoye, donne le ton de l’hyperclasse sur la question de l’immigration et de l’Islam :

Vous avez sous les yeux l’évolution extrêmement rapide de la recomposition raciale/sociologique/politique de la France. Les Boomers et para-Boomers qui tiennent actuellement le système sont dans un état de déni complet.

C’est le Boomer éternel Plantu qui résume le mieux l’état de dissonance cognitive que manifeste la génération 68arde.

Nos lecteurs ne viennent pas ici pour que nous les endormions avec des histoires de lendemains qui chantent. Ce qui va se passer quand les Boomers seront morts, après vous avoir ponctionné d’énormes transferts sociaux pour financer leurs retraites et leur Sécu , c’est que l’écran de fumée médiatique autour de la « laïcité » se dissipera d’un coup et nous aurons face à nous un bloc musulman totalement acquis à la cause de Ben Laden et d’Al Baghdadi.

La géographie de cette sociologie/raciologie peut-être dressée sans trop de difficultés.

Voici la composition sociale et raciale de la France au milieu du 21ème siècle :

  • 30 millions d’allogènes très majoritairement urbains (25 millions) qui formeront un bloc électoral et culturel relativement homogène qui se structurera contre les indigènes et leur culture.
  • 15 millions de vieux théoriquement en retraite dont 10 millions hors des villes grandes et moyennes
  • 25 millions de Blancs dont la moitié vivra dans les villes grandes et moyennes

En 2050 en France, il y aura environ 17,5 millions de Blancs qui habitent les villes grandes et moyennes pour 25 millions d’extra-Européens, c’est-à-dire 30% de plus que les indigènes. De ces 25 millions d’allogènes urbains, on peut estimer que 15 millions seront musulmans.

Les banlieues vertes vont remplacer les banlieues rouges de jadis.

Quand le Boomer franc-maçon Mélenchon prendra sa retraite, il sera remplacé par des gens du style de Danièle Obono et autres allogénistes qui incarnent la révolution raciale/démographique/sociologique en cours.

Les nouveaux immigrés extra-européens à prédominance musulmane vont continuer de s’installer dans des zones de peuplement urbaines déjà remplacées où il n’existe plus de références culturelles communes avec les Français de souche. L’islam identitaire, la mémoire victimaire revancharde autour de l’esclavage, de la colonisation et du « racisme » vont de plus en plus servir à la construction d’une affirmation politique antagoniste à la culture française historique.

C’est ce que reflète l’étude de l’Ifop : la partition ethno-culturelle deviendra tôt ou tard politique avec, in fine, la transformation de la France en poudrière libanaise aggravée.

Cette menace latente de grande proximité rend les  jeunes éléments de la bourgeoisie globalisée ouverts à un nouvel « édit de Nantes » avec les musulmans afin d’absorber au sein de la classe urbaine mondialisée autant de « coopérants » issus des banlieues que possible.

En attendant l’effondrement général, on donne le change. Mais la République est finie.

Commentez l’article sur EELB.su