Home / Les dernières actualités / Allemagne : Bruno Dey, militant des droits de l’homme, condamné à du sursis pour avoir théoriquement tué plus de 5,000 juifs

Allemagne : Bruno Dey, militant des droits de l’homme, condamné à du sursis pour avoir théoriquement tué plus de 5,000 juifs

Captain Harlock
Démocratie Participative
23 Juillet 2020

Nous avions vivement protesté contre le sort injuste fait à Bruno Dey, un militant des droits de l’homme allemand traîné dans la boue par les juifs. La décision de justice qui vient d’être prononcée, sans être satisfaisante sur le fond, constitue toutefois un progrès.

Europe 1 :

L’accusé Bruno Dey, 17 ans au moment des faits, 93 aujourd’hui, « est reconnu coupable de complicité dans 5.232 cas de meurtres et tentatives de meurtres », a déclaré la présidente du tribunal Anne Meier-Göring à l’issue du procès.

Le tribunal de Hambourg a condamné jeudi à deux ans de prison avec sursis un ancien garde de camp nazi de 93 ans pour complicité dans des milliers de meurtres perpétrés à Stutthof en Pologne entre 1944 et 1945.

L’accusé Bruno Dey, 17 ans au moment des faits, « est reconnu coupable de complicité dans 5.232 cas de meurtres et tentatives de meurtres », a déclaré la présidente du tribunal Anne Meier-Göring à l’issue d’un procès, probablement l’un des derniers, portant sur les atrocités commises sous le IIIe Reich.

Cette histoire abracadabrantesque à propos d’un planton de 17 ans coupable de « génocide » par procuration ne pouvait pas mener bien loin, peu importe les efforts des médias juifs pour maquiller ce pauvre homme de 93 ans en éminence grise de cette théorie bizarre qu’on appelle « l’Holocauste ».

[Nota : Si vous ne connaissez pas cette théorie, c’est une hypothèse d’origine juive affirmant qu’Adolf Hitler aurait acheminé en Pologne 6 millions de juifs depuis l’Europe entière pour les gazer avec de l’insecticide dans une pièce de quelques mètres carrés avant de les brûler dans quelques fours à pain situés dans une pièce adjacente de quelques mètres carrés et qu’il l’aurait fait sans plan, sans ordres et sans budget]

Ceci étant dit, les tribunaux allemands tiennent cette théorie pour authentique, ne serait-ce que parce qu’il est interdit de la tenir pour fausse sous peine de prison. Les juifs emprisonnent ainsi Ursula Haverbeck, âgée de 91 ans, pour son refus persistant de souscrire à cette théorie.

La cruauté des juifs ne connaît aucune limite

Donc, Bruno Dey était jugé par des gens qui croient réellement à l’authenticité de cette théorie.

Et ces juges ont dit à Bruno Dey : « Si vous recommencez, vous aurez deux ans de prison la prochaine fois ! Qu’on ne vous y reprenne plus ! ».

Factuellement, il est très peu probable que Bruno Dey ait l’occasion d’être à nouveau gardien de prison. Je ne dis pas que c’est impossible mais les probabilités pour qu’il se retrouve à nouveau en situation d’assurer la garde de détenus sont vraiment très faibles. Donc, lui infliger un sursis – qui suppose par définition une peine future conditionnée par une récidive – pour lui donner une deuxième chance est sans contestation possible une façon courtoise de condamner Bruno Dey en théorie sans le condamner en pratique puisqu’il ne pourra jamais récidiver.

Les juges ont visiblement fait tout ce qu’ils ont pu pour donner le change au plan purement légal pour échapper à la colère juive. Mais j’en retire que les tribunaux allemands, en 2020, estiment que la mort théorique de 5,232 juifs vaut un rappel à la loi.

Je peux vivre avec ça.

Si ce principe est généralisé à l’avenir, ce serait une situation qui, quoique injuste, resterait tolérable. Mais je reste convaincu que la mort de 5,000 juifs ne justifie certainement pas un rappel à la loi.

Commentez l’article sur EELB.su