Home / Décryptage / Allemagne : le gouvernement d’occupation juif s’inquiète de l’investissement des nationalistes dans l’immobilier

Allemagne : le gouvernement d’occupation juif s’inquiète de l’investissement des nationalistes dans l’immobilier

Captain Harlock
Démocratie Participative
02 août 2020

J’aime beaucoup le sens pratique des Germains. Nous devons nous en inspirer tous.

Frankfurter Allgemeine Zeitung :

Les autorités en charge de la sécurité mettent en garde contre la progression et le renforcement des extrémistes de droite par l’achat de biens immobiliers. « Les extrémistes de droite cherchent avant tout un château dans les zones rurales, métaphoriquement parlant, afin de mener leur campagne idéologique à partir de là », déclare Dirk-Martin Christian, chef de l’Office saxon pour la protection de la Constitution, à la F.A.Z. « Dans la scène [nationaliste], la devise est : Vous voulez de la terre, vous voulez de la terre. »

Selon les autorités en charge de la sécurité, il y a 146 propriétés en Allemagne qui appartiennent à des extrémistes de droite ou qui sont utilisées en permanence par eux. Ils sont utilisés pour des concerts ou des « entretiens avec des témoins contemporains » grâce auxquels les extrémistes de droite veulent diffuser leur version de l’histoire allemande. D’autres vendent des vêtements typiques de la scène [nationaliste] ou de la musique de groupes d’extrême droite. L’exploitation des restaurants peut également servir à collecter des fonds ou éventuellement à blanchir de l’argent.

« Les extrémistes de droite se rendent délibérément dans les villages, ils veulent soi-disant faire quelque chose pour leur patrie. C’est ainsi qu’ils essaient de se faire accepter et de gagner en influence », déclare le ministre de l’Intérieur du Brandebourg, Michael Stübgen (CDU), à la F.A.Z. « Parfois, des centres d’arts martiaux sont installés dans les propriétés acquises par les extrémistes de droite », explique le chef saxon de l’Office de protection de la Constitution. « Là, les jeunes hommes qui rejettent l’État et la société doivent être formés en toute solitude pour devenir des combattants actifs contre notre ordre fondamental démocratique libre. »

Selon M. Stübgen, il n’est pas toujours possible d’obtenir en temps utile des informations sur les achats prévus. « Mais c’est aussi la tâche de la société, des associations professionnelles et des établissements de crédit d’examiner de près les acheteurs de biens immobiliers. Il n’est plus permis de détourner le regard ». Selon l’Office saxon pour la protection de la Constitution, les lois actuelles ne sont pas suffisantes pour prendre des mesures efficaces contre les extrémistes de droite et leurs achats, car ils agissent généralement en tant qu’individus et non dans des structures établies. « Les autorités en charge de la scurité ne peuvent pas lutter contre l’extrémisme du 21e siècle avec les lois du 20e siècle. La capacité juridique et la capacité technique doivent suivre l’évolution générale« .

Je vais commencer par le dernier point développé par cet extrémiste de gauche dénommé « Stübgen » qui se trouve à la tête de la Stasi du Brandebourg. Si le gouvernement d’occupation juif d’Allemagne veut effectivement pouvoir empêcher des gens qu’ils décrètent politiquement inaptes de devenir propriétaires, cela suppose d’abolir le droit de propriété qui est à la base de l’ordre social et économique.

L’abolition du droit de propriété revient à conférer le droit pour l’Etat de voler n’importe qui quand bon lui semble.

Je ne crois pas un seul instant que les services de renseignement antifas songent à prendre une mesure systémique de cette amplitude pour 146 malheureuses propriétés dans un pays qui comptent plus de 80 millions d’habitants. Ce n’est tout simplement pas rationnel économiquement et juridiquement. Le véritable objectif est d’utiliser ce prétexte pour abolir le droit de propriété et permettre à l’Etat néo-communiste de saisir n’importe quel bien immobilier. C’est le véritable objectif.

D’ailleurs, toutes les révolutions marxistes commencent toujours par une grande partie de Monopoly.

Ce n’est pas la première fois qu’un état antifa se livre à une « expérimentation » de ce type. La plus connue a eu lieu en Russie après 1918 et a consisté à assassiner des millions de gens coupables de posséder 2 ou 3 hectares de terres. Les « koulaks », décrétés ennemis des juifs et du bolchevisme du seul fait de posséder un lopin à cultiver, ont pu ainsi être détroussés par la juiverie.

En France, la première phase de la Révolution a consisté pour le pouvoir révolutionnaire à s’emparer de tout ce que pouvait détenir les aristocrates puis à le « nationaliser ». Il va sans dire que les révolutionnaires qui « nationalisaient » ces biens pour les revendre ensuite sur le marché en fixaient librement les prix, ce qui leur a permis de se forger d’énormes patrimoines immobiliers personnels par un simple tour de passe-passe notarial.

En 1944, toujours en France, les bandes rouges du Parti Communiste avaient fait main basse sur tous les biens immobiliers des « collaborateurs » et de leurs organisations. Cela représentait un patrimoine considérable, stratégiquement localisé. Fort heureusement, les rouges étant convaincus qu’une révolution communiste aurait lieu dans les six mois, ils décidèrent de ne pas se compliquer la vie en régularisant administrativement cette situation de fait. Six mois plus tard, le pouvoir étant stabilisé, les rouges perdirent tout ce qu’ils avaient volé, faute de conformité légale.

Et en France

Je sais de première main qu’en la matière, c’est la force qui fait la différence en France.

Si vous pouvez réunir 15 ou 20 personnes déterminées à défendre coûte que coûte une propriété, les flics feront demi-tour quand bien même un tribunal aurait décrété la saisie des biens pour X raison. En ce domaine, les flics ne chassent que le petit gibier inoffensif. C’est la même raison qui dissuade les flics d’aller tourner autour des camps de tziganes : la moindre perquisition nécessite d’encercler le camp avec des dizaines et des dizaines d’agents avec le risque très réel de voir les calibres douze faire feu sur le premier képi qui pénètre dans le camp. Les flics ne sont pas idiots, ils n’ont aucunement envie de mourir dans une embrouille avec des voleurs de cuivre pour 2,000 euros par mois et laisser une veuve et deux gosses à la baraque. Comme tout à chacun, les flics savent faire leurs comptes.

Si vous cessez d’être un individu isolé et que vous appartenez à un clan capable de se défendre et voulant se défendre, le pouvoir ne prendra pas l’initiative de vous agresser gratuitement car il aura tout à y perdre. C’est la première chose que vous devez comprendre avant tout le reste. Je ne parle pas de la formation de quelque groupe « politique » officiel que ce soit, mais dans la vie quotidienne. C’est précisément l’objet d’une communauté réelle et par extension, la philosophie du projet grand-bourguignon.

Sachez que la gauche radicale a réussi avec succès à s’établir dans une commune entière de Bretagne et à en faire un bastion rural du marxisme révolutionnaire par lequel transite des tas de gens afin d’y être formés. Même les islamistes le font en Ariège. C’est d’autant plus marquant que ces gens-là sont habituellement des urbains.

La concentration de capitaux n’est pas la partie la plus difficile. La partie qui nécessite le plus d’attention est ce tout qui touche à la forme juridique du projet pour qu’il soit transparent pour ses membres, durable et solide.

Quoi qu’il en soit, les loups doivent s’assembler et disposer de leurs bastions blancs inexpugnables au point de pouvoir faire élire leurs propres maires (sans étiquette, évidemment). Le but n’est pas de se faire remarquer mais, comme les loups, de se mouvoir dans la nuit sous la protection de la forêt.

Commentez l’article sur EELB.su