Home / Décryptage / Apocalypse gérontocratique : pour leur rentrée, les Républicains n’arrivent pas à rassembler 500 personnes de moins de 35 ans

Apocalypse gérontocratique : pour leur rentrée, les Républicains n’arrivent pas à rassembler 500 personnes de moins de 35 ans

Captain Harlock
Démocratie Participative
28 août 2020

Aujourd’hui, Democratie Participative et sa ligne radicalement raciste, antisémite et populiste touche infiniment plus de jeunes Blancs que le parti historique de la droite gaulliste.

Le JDD :

La rentrée 2020 de la droite devait se dérouler sous le signe de l’unité retrouvée et de la jeunesse. Non seulement elle sera une fois de plus dispersée, mais Les Républicains ont eu bien du mal cet été à dénicher le « millier de jeunes » promis au début de l’été pour leur grand raout.

Comme c’est désormais une habitude depuis la guerre Copé-Fillon de 2012, les différentes chapelles de la droite organisent cette année leur propre rendez-vous, quitte à faire de l’ombre à la maison mère : samedi, les amis du président des sénateurs LR, Bruno Retailleau, seront à La Baule (Loire-­Atlantique), et ceux de la présidente de Libres!, Valérie Pécresse, à Mennecy (Essonne). Le lendemain, Laurent Wauquiez ­gravira le mont Mézenc avec les militants de la Haute-Loire, quand les députés Julien Aubert et Guillaume Peltier réuniront leurs troupes, respectivement le 5 septembre à ­Lourmarin (Vaucluse) et le 19 septembre dans le Loir-et-Cher.

Qu’importe. Sous la houlette de Christian Jacob, le parti, lui, a donné rendez-vous à ses ténors, dont le très attendu François Baroin les 4 et 5 septembre à Port-Marly (Yvelines). Une rentrée présentée comme « le rendez-vous de la jeunesse ». Seulement voilà : au fil des crises, le jeune s’est fait rare à LR. De près de 3.000 en 2018, les effectifs des adhérents de moins de 35 ans ont fondu. En juillet, ils étaient moins de 500 à jour de cotisation. D’où un vent de panique au cœur de l’été.

Le secrétaire général de LR, ­Aurélien ­Pradié, et le député Pierre-­Henri ­Dumont, chargé du sujet au sein du parti, ont donc sonné le tocsin au milieu du mois d’août et mobilisé les salariés du parti pour décrocher leur téléphone. « C’est un vrai pari parce qu’on vient de très loin, explique ­Pradié. On a passé quinze jours à faire du phoning. On a appelé les jeunes un par un. »

Cette semaine, le siège de LR assurait avoir atteint le Graal et franchi le seuil des 1.000 inscrits. Sollicitées par le JDD, les principales fédérations qui fournissent les gros bataillons de jeunes – Paris, Hauts-de-Seine, Alpes-Maritimes et Bouches-du-Rhône – revendiquaient pourtant moins de 400 participants au total. Dans ces conditions, beaucoup de « jeunes » à Port-Marly pourraient bien avoir les cheveux gris.

J’ai toujours défendu une position médiane entre ceux qui ne voient les choses qu’à travers un ou deux millions d’adhérents et ceux qui pontifient du haut d’une association de 10 membres. Tout est relatif. Il faut toujours relativiser. Par définition les franges radicales sont très militantes mais aussi beaucoup plus bruyantes que représentatives, comme l’exprime la secte des sectes souverainistes, l’UPR. Inversement, les couches installées n’ont guère besoin de faire de bruit puisqu’elles sont par définition au pouvoir en raison de leur poids relatif.

Il faut mesurer les choses selon deux critères : la qualité et la quantité. Dans le cas des Républicains, ces gens sont en train de mourir d’Alzheimer. La qualité de leur base fait qu’elle est irrémédiablement vouée à décéder d’ici dix ans. Ce syndicat de retraités n’est plus qu’une réserve de voix stratégique pour Macron, en plus du vote bourgeois.

C’est cette réserve de votes que les beaux-fils du parti cherchent à rentabiliser en échange de postes ministériels auprès de Macron : Le Maire à l’économie, Darmanin à l’Intérieur, Castex à Matignon.

Ces notables-là, qui nous euthanasient fiscalement pour renflouer les Boomers et qui nous inondent de nègres pour (théoriquement) renflouer les Boomers, nous toisent avec une haine difficilement descriptible depuis leurs ministères. Nous sommes pour eux le problème central et plus il devient manifeste que les jeunes actifs blancs prennent conscience de la plus grande encule de l’histoire humaine – les retraites des vieux et l’immigration extra-européenne – plus nous devenons une catégorie sociale et biologique dangereuse pour ces gens. Le fait qu’aucun jeune ne se pointe à leur machin les rend encore plus aigris.

Ce parti gaulliste, qui est en réalité pleinement intégré au dispositif macroniste, veut nous euthanasier et regarder le spectacle depuis Deauville.

L’électeur LR dévorant ses enfants

C’est aussi à ça que sert tout le bordel médiatique récent autour d’Oradour-sur-Glane : c’est un moyen perfide pour cette vieille génération de bandits gaullistes de nous faire chanter en nous faisant sentir tout le poids de leur domination culturelle et patrimoniale.

A Democratie Participative, nous avons toujours adopté une position révolutionnaire. J’ai plusieurs fois reçu des courriers fielleux de vieux sachems cherchant à me vendre le couplet de la collaboration intergénérationnelle, moyennant quoi il fallait épargner ces bataillons grossissant de millions de retraités qui nous saignent à blanc. Bien évidemment, il fallait y consentir en omettant la destruction de millénaires d’héritage bio-culturel réalisée en moins de 50 ans, le temps pour les jouisseurs nihilistes de Mai 68 de nous appliquer leur révolution culturelle bolcheviste-festive sous la direction du youtre en chef Cohn-Bendit.

Je n’ai sur la question aucune espèce d’état d’âme. Quand je vois l’étendue des destructions sociales et économiques engendrées par ce confinement absurde pour sauver quelques vieillards déjà mourants tandis que les Boomers mitterrandistes nous abreuvent de leurs injures au moindre manquement du port de la muselière, je regrette de n’avoir pu me hisser à la tête de l’Etat Français pour organiser l’élimination physique de ces vampires. Dans le grand style stalinien, à coups de fosses communes béantes. On mesure un révolutionnaire à sa volonté de régler un problème en lui creusant un trou d’un mètre sur deux. Hélas, avec deux millénaires de christianisme sur les reins, ce genre de disposition fait défaut dans nos contrées.

Du coup, nous acceptons stupidement de pourrir sur pied tout en nous faisant cracher dessus.

Puisque nous subissons le terrorisme univoque de cet état gérontocratique et de ses bandes coalisées, je suis d’avis de recourir à nos propres moyens de terreur contre son socle naturel grâce, notamment, à la promotion de l’euthanasie. Agiter une seringue devant le nez de ces vieux possédants planqués dans leur résidence secondaire qui mandatent Macron pour nous exterminer économiquement et biologiquement, voilà de quoi délivrer un message clair. Jadis très en pointe sur la question, je suspecte le Grand Orient de France de vouloir foutre ça sous le tapis, à mesure que ces franc-macs rentrent eux-mêmes dans l’âge.

Cette conspiration des vieux ne va aller qu’en s’intensifiant car des régiments entiers d’assureurs, de notaires et de banquiers s’organisent en leur nom pour nous foutre la tête sous l’eau à coups de taxes et d’impôts.

Pris en étau entre le lobby des croisiéristes et le Jeunistan, il faudra bien trouver une porte de sortie.

Commentez l’article sur EELB.su