Home / Décryptage / Après la décapitation du prof de gauche Samuel Paty, ses collègues de l’Education Nationale s’engagent à lutter contre les amalgames et l’extrême-droite

Après la décapitation du prof de gauche Samuel Paty, ses collègues de l’Education Nationale s’engagent à lutter contre les amalgames et l’extrême-droite

Captain Harlock
Démocratie Participative
18 octobre 2020

Comme prévu suite à la décapitation du prof de gauche Samuel Paty, le barrage médiatique républicain a démarré. Il est question de « laïcité » et de « liberté d’expression » de la part d’un système qui emprisonne ses opposants à l’instar d’Hervé Ryssen, en attendant d’autres.

Des appels à se rassembler ont lieu, ici et là.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’y a pas foule.

Les gens n’en ont rien à faire et ce n’est pas l’agitation médiatique où les déclarations enflammées sur Twitter ce week-end qui changeront cette réalité. Facebook et Twitter ne sont pas la réalité. Les gens ont intégré le conseil de Manuel Valls et ont appris à vivre avec le terrorisme. C’est-à-dire avec les musulmans.

On peut s’attendre à une messe républicaine d’ici quelques jours avec Emmanuel Macron à la manœuvre.

Au cas où vous l’auriez oublié, c’est ce qui se passe à chaque fois que les mahométans expriment leur mécontentement, comme à la Préfecture de Police de Paris où l’antillais Mickaël Harpon a assassiné trois infidèles. Il va falloir subir un discours lénifiant de ce mauvais acteur avec son air emprunté.

Depuis ce discours, vous avez dû remarquer que Macron a donné l’ordre d’accueillir beaucoup plus de migrants musulmans. Il va même les chercher en Grèce.

D’ailleurs, il en libère même à l’étranger pour récupérer des converties à l’islam passées dans le camp d’Al Qaeda.

Toute cette agitation médiatique est un écran de fumée.

C’était la même chose après l’attaque menée par un migrant pakistanais, le mois dernier.

Si la manifestation massive pour Charlie Hebdo de 2015 a précédé une très nette aggravation de la situation sécuritaire et migratoire, on voit mal comment quelques piquets de profs syndiqués, tous antifas, changeront quoi que ce soit en 2020.

Qu’est-ce qui a changé depuis les défilés de masse « Je suis Charlie » ?  C’est très simple, les gens ont compris que les musulmans étaient là avec le soutien total de l’Etat et que la caste dirigeante ne ferait rien pour endiguer l’invasion ou protéger les populations blanches des accès de colère mahométane. Les médias, avec leur propagande antiblanche perpétuelle, ont achevé de délégitimer l’existence même des Français de souche en France. Du coup, les gens restent chez eux et s’adaptent à la société nouvelle en espérant ne pas tomber sous les coups d’un couteau de la paix. Ils savent que ça ferait deux paragraphes dans la rubrique « déséquilibre » de la presse régionale.

Vous vous rappelez des noms des deux Français tués à Romans-sur-Isère ? Si oui, vous êtes un des rares en France.

Ils sont morts et l’écrasante majorité des gens s’en fout. Ils intègrent ça dans les risques inhérents au privilège de vivre dans une République multiculturelle, ouverte et tolérante.

Ce système est en train d’imploser sous le poids de ses contradictions. La schizophrénie des élites face à la crise structurelle de la société multiraciale et inclusive devient tragi-comique. D’un côté, les élites sont à la tête d’un système turbo-capitaliste dont l’endettement suppose l’expansion démographique perpétuelle, de l’autre l’immigration de masse qu’elles organisent pour compenser la dénatalité de la société de consommation féministe est en train de déstabiliser ce système en profondeur.

Le système n’est pas réformable et les élites qui le contrôlent disposent de tous les moyens pour ne pas subir les conséquences du remplacement de population qu’elles supervisent. La variable d’ajustement, ce sont les petits Blancs. Et désormais, les Blancs de gauche comme ce prof antiraciste qui militait pour la République diversitaire et LGBT friendly.

La fonction de ces centaines de milliers de profs de gauche est de rendre possible le Grand Remplacement voulu par le système turbo-capitaliste. Ils reçoivent des noirs et des arabes fraîchement débarqués en France chaque année avec pour mission de les mettre à disposition des oligarques qui contrôlent l’économie française. C’est-à-dire « d’en faire des Fronssais comme vouzémoi » qui achètent des Nike et des Iphones 12 en traitant de putes les Françaises qui likent des statuts d’algériens sur Insta.

L’ironie de cette affaire de Conflans, c’est que le prof Samuel Paty voulait réaliser le mariage de la carpe républicaine et du lapin musulman. S’il a proposé à certains élèves musulmans de sortir de sa classe, c’était « pour ne pas les choquer » en montrant des caricatures du prophète de l’islam.

Une subtilité inaccessible aux blédards à 80 points de QI qui peuplent la zone.

Le fait est que sans l’islam, la France deviendrait un nouveau Brésil. L’afflux de non-Blancs continuerait paisiblement avec l’appui des profs de gauche et des féministes tandis que les hommes blancs de la classe moyenne seraient impitoyablement marginalisés par la classe politico-médiatique contrôlée par les juifs. Un véritable paradis hébraïque où Bernard-Henri Lévy appellerait au génocide des Blancs comme il le faisait avec SOS Racisme dans les années 80.

La lesbienne enragée de la Team BHL Caroline Fourest veut rester optimiste. Elle croit encore au projet de la France post-blanche, laïque et docilement négrifiée sous férule juive.

Dans Marianne, elle regrette le temps béni où la franc-maçonnerie révolutionnaire décapitait au lieu d’être décapitée.

Mar(i)a(n)ne :

Un hussard est tombé. Sa tête a roulé. Dans ce pays, on a décapité des rois et des tyrans, quelques révolutionnaires. Qui aurait cru qu’un enseignant perdrait la sienne, quarante ans après l’abolition de la peine de mort, pour avoir voulu faire réfléchir ses élèves ?

Ce renversement, si symbolique, nous remplit d’effroi. Après tant d’attentats et de morts, nous devrions être habitués. Et pourtant non, chaque fois c’est pire.

On sent l’amertume de ceux qui savent qu’ils ont perdu.

Il y a 5 ans, ces gens, dans une situation beaucoup plus forte qu’aujourd’hui, annonçaient qu’ils allaient repérer les mauvais bougnoules pour les « intégrer » ou les « réintégrer » dans la « communauté nationale » post-nationale.

Que s’est-il passé, ils étaient finalement en RTT ?

Le train de l’intégration républicaine a déraillé car les musulmans sont, de leur aveu, un poison.

Le système essaye de résoudre la quadrature du cercle. Du moins, verbalement. En réalité, l’arbitrage a secrètement eut lieu : personne dans les élites dirigeantes ne croient que les musulmans seront « intégrés » ou quoi que ce soit de ce genre. Sinon, elles auraient décrété l’arrêt de l’immigration de masse en provenance des pays islamiques. Au contraire, elles l’accélèrent parce que de leur point de vue, l’immigration de masse est la condition du maintien du système d’exploitation qu’ils contrôlent.

Quand vous voulez savoir ce qui se passera dans un pays d’ici 20 ans, il vous suffit de regarder sa démographie actuelle.

Aujourd’hui, la terreur qui prévaut déjà dans les collèges est le fruit d’une natalité islamique qui ne représentait « que » 12% des naissances en 2005.

Vous avez d’ores et déjà plus de 21% de naissances musulmanes en France. Ce sera 30% dans dix ans, c’est-à-dire le triple du volume de naissances qui a mené à la situation actuelle dans les collèges et lycées. Et ces naissances musulmanes ne sont qu’une partie des naissances non-blanches. En 2025-2030, la majorité des naissances seront extra-européennes en France.

Que croyez-vous qu’il se passera dans 20 ans dans cette « éducation nationale » dont les écoles seront pour moitié peuplées de créatures marron stupides, agressives et ultra-violentes dominées par le fanatisme coranique ? Vous croyez que les 80% de femmes profs qui y officient feront des hordes de mâles afro-maghrébins consanguins défoncés au shit de braves petits républicains, ouverts et tolérants ?

Nous n’en sommes qu’au tout début.

Ces rassemblements « pour la République » sont autant d’enterrements. L’utopie gauchiste des Baby-Boomers est en train de s’effondrer sous le poids de l’immigration du tiers-monde.

Le Boomer ultime Plantu, avec sa tête de missionnaire chrétien à demi-homo, résume parfaitement le bug interne qu’expérimente cette génération. Pour elle, il s’agit de lutter contre les Nazis que sont les barbus du Parti Pirate du bled.

La dissonance cognitive est maximale.

Pour autant, si vous croyez que les centaines de milliers de profs de gauche vont miraculeusement se convertir au refus de l’immigration et de la diversité, vous faites fausse route. Ce sera exactement l’inverse. Par orgueil, vous allez voir ces missionnaires de l’amour universel des races de boue redoubler d’efforts pour s’assurer que l’idéologie antiblanche triomphe. Ce sera encore et toujours plus de slogans sur le métissage laïque et obligatoire, une lutte résolue contre les zamalgames et « beaucoup de pédagogie républicaine » avec nos chères petites têtes crépues.

Cédric Maurin, un prof survivant de l’attentat du Bataclan, charliste historique, l’explique.

Mediapart :

Il était tard hier lorsque j’ai appris le drame de l’attentat islamiste contre Samuel Paty, j’étais avec des amis et profitais du début des vacances. Ce drame me frappe triplement, comme professeur d’Histoire-Géographie et d’Éducation Morale et Civique, comme défenseur de Charlie Hebdo et comme rescapé de l’attentat du Bataclan.

Cet acte terroriste terrible, insoutenable est fait pour tous nous terroriser, il est important de dire qu’on ne cédera pas, sur rien face aux terroristes.

Je vois déjà arriver les récupérations immondes de l’extrême-droite et de toutes les personnes qui manipulent la laïcité à des fins islamophobes.

Les attentats en Occident ces dernières années sont commis soit par des islamistes soit par des militants d’extrême-droite, tous deux menaçant le socle de notre société, notre mode de vie. Le répéter est important.

Clown world.

Ces profs sont des masochistes fanatiques, tout aussi fanatiques que les sadiques musulmans. Croire que l’on peut raisonner ces commissaires politiques de la diversité avec des arguments et des faits, c’est ne pas comprendre le caractère religieux de leur structure mentale. Ils se nourrissent de leur goût narcissique pour la douleur. Plus ils sont flagellés par les mahométans, plus ils aiment les mahométans et haïssent les hommes blancs qui refusent l’invasion allogène. Ce cercle vicieux ne s’arrêtera qu’avec la mort de la victime consentante. Si vous vous dressez sur leur chemin, ces malades essaieront de vous détruire car vous essaieriez de les priver du plaisir autodestructeur qui est leur raison d’être.

Laissons ces gens qui nous haïssent périr sous l’effet du poison antiraciste et diversitaire qu’ils ont essayé de nous inoculer et organisons-nous pour ne pas vivre dans les zones balkanisées de la France d’après la France. Le futur est à la séparation raciale, pas à jouer le rôle de supplétifs pour cette ignoble république condamnée.

Commentez l’article sur EELB.su