Home / Guerre raciale / « Aujourd’hui en Fronce » : chroniques de l’ensauvagement ethnique à la lumière des faits divers

« Aujourd’hui en Fronce » : chroniques de l’ensauvagement ethnique à la lumière des faits divers

Aujourd’hui en Fronce
Europe Ecologie Les Bruns
06 octobre 2020

Ces jours-ci en Fronce – 27 septembre – 3 octobre (Partie I)

• A Saint-Denis, le collège Jean-Lurçat au cœur des violences entre deux cités

«Ils ont séché les cours pour programmer la bagarre et ont fait appel à des grands de leur cité.» Aminata (le prénom a été changé) raconte comment, le 15 septembre dernier, son fils et ses copains ont été frappés de plusieurs coups de bâton sur la tête en rentrant du collège Jean-Lurçat à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Deux élèves de 3e originaires de la cité Romain-Rolland auraient été à l’origine des violences contre leurs camarades du quartier Joliot-Curie.

La mère de famille n’a pas porté plainte. « Je préfère le changer d’établissement. J’ai décidé de laisser tomber. La plainte, ça ne ferait qu’aggraver les choses. »
D’autres parents ont fait le même choix. La peur des représailles est l’une des raisons. La question de l’impunité des auteurs en est une autre. Ainsi il y a trois ans un élève de 6e, avait été kidnappé dans son quartier par une bande et enfermé dans le coffre d’une voiture. Il avait été relâché quelques kilomètres plus loin, porte de la Chapelle. La famille avait alors porté plainte. « Mais personne n’a été interpellé » selon des parents d’élève.
Source : Le Parisien

• Seine-Saint-Denis : un lycéen attaqué à coups de couteau en pleine classe
L’agression a eu lieu en plein cours. Mercredi 30 septembre, un lycéen de 16 ans a été blessé à coups de couteau en classe dans un établissement de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) et son agresseur présumé, un lycéen de 20 ans, a été interpellé et placé en garde à vue.
(…) Le lycée Paul-Éluard de Saint-Denis a déjà connu par le passé plusieurs épisodes de violences. En avril 2018, plusieurs centaines d’enseignants et de parents s’étaient rassemblés sur le parvis pour « dire stop à la violence ».
Source : Le Point

Complément : Enquête : immersion dans les zones de non-droit en Seine-Saint-Denis.

• Reims. Des dizaines d’individus armés de battes et de haches attaquent une équipe de foot

« Je n’ai jamais vu ça de ma vie. C’est un miracle qu’il n’y ait pas de morts ! » Ce dirigeant de club, présent samedi après-midi au Creps de Reims, entre le quartier de Croix-Rouge et la commune de Bezannes, est encore tétanisé par ce qu’il a vu et vécu.
Peu après 17 heures, une rencontre opposant des jeunes, nés en 2004, des clubs de Taissy et La Neuvillette-Jamin, se terminait dans un « très bon état d’esprit »lorsque plusieurs dizaines d’individus, dont beaucoup armés, ont déferlé sur les joueurs du FCF Neuvillette-Jamin.

Ces derniers n’ont pas pu se réfugier dans les vestiaires, fermés en raison des mesures Covid, et ont dû s’enfuir. Notre témoin, éducateur spécialisé qui tient à garder l’anonymat pour des raisons de sécurité, raconte la scène. « En raison du contexte sanitaire, le match se jouait à huis clos et les grilles étaient fermées. On a vu les individus se rassembler peu à peu, puis ils ont défoncé un grillage et nous ont foncé dessus. Ils étaient entre 40 et 50, armés de barres de fer, de battes de baseball et même de haches. On a appelé la police, mais le temps qu’elle arrive, on était obligés de partir au plus vite. Nous autres éducateurs, on a très vite compris que vu leur nombre, on ne pourrait pas protéger nos jeunes. On a tous dû s’enfuir. »

Les joueurs de 15 et 16 ans et les dirigeants se mettent alors à courir, et plusieurs, dans la panique, se blessent en escaladant les grilles du Creps et en se réfugiant où ils peuvent. « Certains se sont cachés dans des jardins, d’autres dans des maisons, d’autres ont couru en direction de Bezannes. Mais le groupe violent nous poursuivait. Certains avaient une voiture et ils ont pris en chasse un de nos jeunes. Ils ont essayé plusieurs fois de l’écraser ! Ils ont fini par attraper deux joueurs et ils les ont roués de coups. Ils n’arrêtaient pas de leur taper dessus. C’était terrifiant. »
Source : L’Union

• Reims : un SDF marocain ayant 6 identités condamné à un an de prison
Un SDF découvert « SIF » (Sans Identité Fixe) pour les six différentes appellations auxquelles il répond lui tout seul, a écopé d’un an de prison. Le Marocain est coupable d’intrusion dans une péniche, de vol à l’arraché d’un collier place d’Erlon et de propos outrageants envers les policiers.

A lui seul, ce sans domicile fixe de nationalité marocaine, répond aux appellations : Slimane Nassi, Salline El Nassi, Salim El Nasse, Salim Nassie, Salim Elnassi. Selon L’Ardennais, Salim El Nazi est son vrai nom ; il est né à Agadir en novembre 1998 et non en 2002 comme il le prétend, accusé d’avoir minoré son âge pour bénéficier de la législation applicable aux mineurs et contester la validité d’une obligation de quitter le territoire français prise en 2017 (les étrangers de moins de 18 ans ne sont pas expulsables).

Autre tour de Salim, au tribunal, il a prétendu baragouiner plutôt le français, d’où il a bénéficié du service d’un interprète, lui qui en garde à vue, parlait parfaitement la langue de Molière, dans laquelle il couvrait les agents d’expressions grossières.
Sous l’identité de Salim El Nazi correspond un casier judiciaire débordant de condamnations prononcées par le tribunal de Paris pour des recels, des vols par effraction ou des vols à la tire.
Source : Bladi

• Près de Rouen, sa maison est squattée : « Je n’ai pas le droit de les expulser, c’est terrible »

« C’est pire que ce qu’on voit à la télévision », dénonce Cécile Pigné, 50 ans, une habitante de l’agglomération de Rouen. Les larmes aux yeux, cette aide-soignante raconte comment le jeudi 17 septembre 2020, elle a retrouvé la maison de ses grands-parents, dont elle avait hérité neuf ans auparavant, occupée par des inconnus, 14 rue des écoles, à Oissel.

« Ce sont des voisins qui m’ont appelée. Ils m’ont demandé si j’avais bien vendu ma maison car il y a avait des personnes qui étaient en train de couper tous les arbres sur le terrain et de faire des travaux à l’intérieur… »

Paniquée, elle a appelé directement la police qui est venue sur place. « Mais ils n’ont rien pu faire car les squatteurs avaient ouvert des compteurs d’eau et d’électricité plus de 48 heures avant que je les prévienne… Et la loi les protège. Je les voyais détruire les meubles devant mes yeux mais je ne pouvais rien faire. Il fallait que je parte, que la police s’en aille. Ils sont désormais chez eux. Je n’ai pas le droit de les expulser, c’est terrible. »

Cécile Pigné a même vu défiler des artisans dans sa maison. « Ils ont fait venir des peintres, ils ont enlevé toute la tapisserie, mis du carrelage… C’est incroyable. » Elle n’a pas pu porter plainte contre le squat « car ils sont désormais chez eux ».
Source : 76 Actu

• Délinquance en Ile-de-France : derrière les mineurs isolés, l’ombre des réseaux

Anouan, avec ses cheveux peroxydés, affirme avoir 14 ans. Il a été arrêté début septembre, en pleine nuit, dans la boutique d’un fleuriste de Plaisir (Yvelines), avec deux complices de 11 et 12 ans. Mais les tests radiologiques réalisés sur ses os à l’institut médico-légal de Garches (Hauts-de-Seine) lui en donnent 19. C’est ce qui a permis aux juges du tribunal correctionnel de Versailles de le condamner à 18 mois de prison ferme le 8 septembre. « Je vole pour le compte de deux Algériens qui me donnent des médicaments », a assuré le faux mineur devant les juges.
(…)

A la Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP), on précise que « la moitié des personnes interpellées pour cambriolages sont des mineurs isolés maghrébins ». « Parfois, on va avoir une réponse pénale digne de ce nom parce que le vol s’accompagne de violences, et là, la qualification juridique permet au parquet de pouvoir requérir l’enfermement des mineurs », souffle un haut gradé. Autrement, ils sont placés en foyer, « et deux minutes après, ils fuguent ».

Depuis leur apparition fin 2016, dans le quartier de la Goutte-d’Or dans le nord de Paris, ces « mijeurs » délinquants avaient tendance à vivre et à voler dans la capitale, mais depuis la fin 2018, leurs activités s’étendent dans toute l’Ile-de-France, grâce au RER et aux trains de banlieue.
(…)

Zakaria, 18 ans, arrêté à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), est connu sous 63 alias pour des faits commis à Paris, dans le Val-d’Oise, la Seine-Saint-Denis et les Yvelines en deux ans !
Source : Le Parisien

• Attaque à Paris : l’assaillant a reconnu avoir 25 ans et non 18 et avoir menti sur son nom

L’auteur présumé de l’attaque au hachoir vendredi devant les ex-locaux de Charlie Hebdo à Paris, a reconnu s’appeler Zaheer Hassan Mahmoud et être né au Pakistan en 1995 et non en 2002, a annoncé mardi le procureur national antiterroriste lors d’une conférence de presse.

Le suspect affirmait initialement s’appeler Hassan Ali et être né en 2002 au Pakistan, identité sous laquelle il avait bénéficié de l’aide sociale à l’enfance à son arrivée en France en 2018. Confronté à un document pakistanais retrouvé dans son téléphone, «il a finalement reconnu qu’il s’agissait de sa véritable identité et qu’il était âgé de 25 ans», a déclaré Jean-François Ricard
Source : Le Figaro

• Mineurs isolés – Les riverains de la Goutte d’Or au point de non-retour
« C’est tous les jours. Tous les jours, on voit des nouvelles têtes, ça vient, ça repart. Ils s’attaquent à tout le monde parce qu’ils sont drogués. Ils n’ont plus de cerveau, leur cerveau en est déconnecté. Ils font leurs aller-retour, dès qu’ils ont chopé quelque chose, ils se donnent rendez-vous et se partagent le butin. Et quand ils ne se le partagent pas, ils se mettent des coups de couteau, s’entretuent », déplore le serveur d’un bar du quartier.
Source : Sud Radio

• Sa moto volée à Nantes, il grimpe dans le camion et poursuit les fuyards !

Une course-poursuite pas banale dans les rues de Nantes. Sa moto est volée place Zola par deux ados. C’est alors qu’un chauffeur lui propose de grimper dans son camion pour rattraper les voleurs […] « Il me dit de filmer la plaque d’immatriculation du scooter. Je m’aperçois qu’il y a un carton posé dessus » […] La moto est amochée. Mais récupérée in extremis. […] « Je récupère ma moto, et une fois relevé, je vois passer un autre scooter avec un homme et une femme, et leur plaque masquée au ruban adhésif rouge » […]

Au commissariat, on lui dit que c’est la quinzième fois ce jour-là. […] La combine du vol sans casque […] Les voleurs étaient, semble-t-il, âgés de 13 à 15 ans. Pourquoi n’avaient-ils pas de casque ? « Les agents de police m’ont dit que c’est parce que les policiers ont reçu la consigne : on ne poursuit pas les jeunes non casqués pour éviter les drames ! »
Source : Ouest-France

• Au Havre, quatre ans de prison ferme pour le chauffard au lourd casier

À l’audience pour laquelle il avait été condamné pour homicide involontaire en 2017, Mounir Yousfi Idrissi avait prévenu les juges «ne pas pouvoir promettre» qu’il s’agirait de son dernier passage devant eux. Et ça n’a pas manqué. Hier, le Havrais de 27 ans – 15 mentions au casier dont six ans de prison pour avoir mortellement fauché un piéton en 2016 au Havre a été jugé devant le tribunal correctionnel. Alors que des policiers effectuaient un contrôle avenue du 8-Mai-1945 au Havre, une Clio a forcé le passage, le 28 septembre dernier, vers 18 h 20. «Les policiers- qui vous ont reconnu- ont essayé de vous arrêter, mais vous êtes montés sur le trottoir en accélérant fortement, et en manquant de percuter deux piétons qui sortaient d’un passage protégé», instruit la présidente. Puis, ce sont un homme et ses deux enfants qu’il a failli renverser avant de s’enfuir à pied.
Source : Paris Normandie

Ces jours-ci en Fronce – 27 septembre – 3 octobre (Partie II)

Montpellier : une rixe au couteau fait un blessé grave
Chambéry : trois jeunes remis en liberté après l’agression d’une ado de 16 ans
Saint-Denis (93) : un policier attaqué au couteau en pleine rue, ses collègues ripostent et neutralisent les assaillants de 12 balles
Pessac (33) : une mère de famille frappée et menacée de mort par des jeunes auxquels elle avait demandé de ne pas dealer et fumer dans sa rue
Strasbourg : L’adolescent qui avait agressé deux jeunes femmes arrêté après un mois de cavale
Montpellier : une femme de 41 ans agressée à coups de couteau à un arrêt de tram en plein jour
Nantes : un “jeune” Algérien âgé de 32 ans jugé pour viol et agression sexuelle
Rennes : une femme attaquée de plusieurs coups de couteau après avoir été dépouillée de son téléphone, l’agresseur en fuite
Lyon : des employés d’une boucherie gazés parce qu’ils vendaient du porc
Metz : sorti de prison, il replonge 4 heures plus tard, 31e condamnation, pas d’incarcération
Melun : une femme blessée au couteau pour avoir repoussé des avances sexuelles, l’agresseur est remis en liberté
Aurillac : l’islamiste algérien Kamel Daoudi interpellé et incarcéré
Bordeaux : A la barre, l’arracheur de collier, connu sous 11 identités, ne se souvient plus s’il a 18 ou 19 ans, ni s’il est né à Alger ou Oran
Figeac : une octogénaire violée et “ravagée par les coups” par un délinquant notoire d’une vingtaine d’années
Deauville : l’auteur (« d’origine maghrébine« ) présumé d’une tentative d’enlèvement de mineure est remis en liberté
Marseille : Deux “jeunes” interpellés avec des fusils d’assaut chargés lors d’un contrôle de routine, l’un d’eux était recherché pour “homicide commis en bande organisée”
Toulouse est une ville plus violente que Marseille, les trafiquants font la loi dans les quartiers”
Quimperlé : Sortant juste de prison, il fuit les gendarmes dans un véhicule volé, sans permis, avec 7000€ en cash sur lui, ivre et sous stups. Un “gosse fragile” pour son avocat, qui obtient la clémence du tribunal
Périgueux : Jamal Hassine condamné pour avoir violé une femme lourdement handicapée
Chenôve (21) : Face aux violences, le maire PS arme sa police municipale
Villefontaine (38) : Victorine, 18 ans, retrouvée morte dans un ruisseau
Bourges (18) : déjà condamné pour viol sur mineure, un Camerounais, qui se dit “chercheur”, “philosophe” et “anthropologue”, jugé en appel pour avoir violé 3 femmes
Paris : affrontements entre bandes dans le 20ème arrondissement (Vidéo)
Agde (34) : une enseignante agressée, insultée et menacée de mort par la mère et la grand-mère du “petit Medhi”, puni parce qu’il frappait un autre enfant
Nancy : Fuyant la police après avoir embouti leur véhicule, un jeune de 16 ans au volant d’une Mercedes non assurée blesse 2 automobilistes
Paris (20e arr.) : Deux femmes massacrées dans un appartement. Le meurtrier “faisait sa prière en arabe” quand il a été arrêté
Bordeaux : un migrant “mineur isolé” chauve et barbu jugé pour un vol avec violences
Thiais (94) : un homme réussit à désarmer ses agresseurs, les poignarde, un voleur mort
Bordeaux : cinq personnes en prison pour avoir torturé un jeune autiste de 22 ans durant plusieurs semaines

Alençon : assigné à résidence, sous le coup d’une OQTF, le faux “mineur” algérien âgé de 24 ans décide de faire d’une jeune Française sa “pute”
Lyon : fuyant la police, un chauffard, recherché pour un “go fast”, grille un feu rouge, percute un véhicule et tue un homme
Bordeaux : après des vols et des agressions, l’évacuation d’un squat constitue un désastre sanitaire pour Médecins du monde
La Rochelle : un doctorant ivoirien condamné à du sursis pour avoir tabassé une étudiante sénégalaise qui refusait ses avances
Bourges : incendie volontaire dans un ancien couvent transformé en squat
Quimper : violences et sequestration, prison pour les frères Traoré, pour Marion Le Sellin et pour Adnan Lahrabi
Bordeaux : Un homme armé d’un pistolet tire un coup de feu en plein centre-ville « Wallah j’vais les buter ! »
Vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=Oy0A9l4hV6U
Chamalières (63) : un Afghan condamné pour agression sexuelle, selon son avocate, Me Naïma Hizzir, les réquisitions auraient été moins sévères pour “Pierre, Paul ou Jacques”
Montpellier : des policiers violemment agressés par une trentaine de jeunes
Sète (34) : il crie “Allah Akbar” et menace de faire sauter son immeuble, intervention du Raid
Montpellier : elle ne répond pas à ses avances dans la rue, il l’insulte et la tabasse à coups de trottinette, un homme intervient avec un couteau pour aider… l’agresseur
Clermont-Ferrand : un demandeur d’asile irakien arrêté pour une série de dégradations à la préfecture du Puy-de-Dôme, il était “mécontent du traitement de son dossier”

Commentez l’article sur EELB.su