Home / Les dernières actualités / Biélorussie : la dernière gouine à la tête du putsch cosmopolite finalement arrêtée

Biélorussie : la dernière gouine à la tête du putsch cosmopolite finalement arrêtée

Captain Harlock
Démocratie Participative
08 septembre 2020

La révolution des lesbiennes touche à sa fin en Biélorussie. Le patriarche Loukachenko vient d’y mettre un point final.

Ouest-France :

Qu’est-il arrivé à Maria Kolesnikova, figure de l’opposition en Biélorussie ? L’opposante a été enlevée, ce lundi 7 septembre, par des hommes masqués dans le centre de Minsk et deux autres représentants de l’opposition, Anton Rodenkov et Ivan Kravtsov, ont disparu par la suite, selon leurs partisans.

Ce mardi 8 septembre, un membre du service des douanes ukrainiennes affirmait, selon Reuters, que les trois opposants avaient passé la frontière.

Mais un porte-parole des garde-frontières biélorusses, Anton Bytchkovski, a indiqué que « Kolesnikova est actuellement détenue. Je ne peux pas dire exactement où elle se trouve, mais elle a été arrêtée en raison des circonstances dans lesquelles ils (le groupe) ont quitté le territoire biélorusse […] » . Une information confirmée par les Ukrainiens dans la matinée.

Le vice-ministre ukrainien de l’Intérieur, Anton Gerashchenko a affirmé sur sa page Facebook que les autorités bélarusses expulsaient manu militari les trois opposants de leur pays, mais que Mme Kolesnikova a résisté, refusant d’être exilée.

« Ils étaient chassés de force de leur patrie. Ils n’ont pu expulser Maria Kolesnikova du Bélarus car cette femme courageuse les en a empêché par son action », a-t-il indiqué sur Facebook.

Les gardes-frontières bélarusses ont rejeté ces affirmations, indiquant dans un communiqué que les opposants, en quittant la Biélorussie, ont foncé en voiture vers la frontière « mettant en danger les soldats du service des gardes-frontières ».

Ils assurent que Mme Kolesnikova a été « pratiquement jetée du véhicule », sous-entendant que ses camarades s’étaient débarrassés d’elle.

C’est le scénario le plus réaliste : après avoir constaté l’échec cinglant de la révolution de couleur téléguidée par les USA, l’Otan et les (((philantropes internationaux))), cette gouine a tenté de s’enfuir pour ne pas avoir à répondre des actes de haute trahison dont elle s’est ostensiblement rendue coupable depuis des semaines. En arrivant à la douane, ses lieutenants se sont débarrassés de l’agitatrice avant de passer en force pour disparaître à l’étranger.

Ce ne sont pas des choses que les véritables révolutionnaires font, en revanche c’est le genre de choses que les mercenaires font. C’est une façon de signifier au gouvernement en place qu’ils quittent la partie, définitivement.

Du coup, les gens qui voulaient confier les rennes du pays à des gouines essaient de rationaliser ce qui vient d’arriver.

Maria Kolesnikova était la dernière des trois figures féminines de la campagne à la présidentielle contre le président Alexandre Loukachenko à encore être au Biélorussie. Les deux autres, Svetlana Tikhanovskaïa et Veronika Tsepkalo, ont dû s’exiler.

Svetlana Tikhanovskaïa, exilée en Lituanie, a demandé à la libération immédiate de sa camarade, et appelé une nouvelle fois M. Loukachenko au dialogue avec l’opposition. « Il ne peut tenir le peuple en otage », a-t-elle dit selon son compte de messagerie Telegram.

Nombre de figures de la contestation, membres ou non du Conseil de coordination, ont été contraints à l’exil ou incarcérés ces dernières semaines, M. Loukachenko, au pouvoir depuis vingt-six ans, faisant face à une mobilisation sans précédent contre lui.

Dimanche, des dizaines de milliers de manifestants ont encore défilé dans les rues de Minsk pour réclamer le départ d’Alexandre Loukachenko, près d’un mois après sa réélection contestée.

Ce conseil de « coordination » n’était rien d’autre qu’un gouvernement provisoire dont la tête était dirigée par Svetlana Tikhanovskaïa, une créature des juifs.

Et puis aussi des exécutants de Soros ou de la CIA.

Ces gens planifient actuellement une révolution de couleur géante en Amérique à l’occasion des élections présidentielles. La Biélorussie est à l’évidence un théâtre d’entraînement grandeur nature pour ce qui s’annonce en Amérique.

Trump devrait demander des conseils à Loukachenko sur la façon dont on discipline des traînées.

Commentez l’article sur EELB.su