Home / Guerre raciale / Bordeaux : suite aux viols d’étudiantes blanches à répétition par les arabes, l’université met en garde contre les lampadaires défectueux

Bordeaux : suite aux viols d’étudiantes blanches à répétition par les arabes, l’université met en garde contre les lampadaires défectueux

Leutnant
Démocratie Participative
12 décembre 2018

La chasse à la Française se déroule bien sur le campus bordelais.

France Bleu :

Une enquête a été ouverte après la plainte déposée par une étudiante violée près de l’arrêt de tram B, Doyen Brus, sur le campus universitaire de Pessac. Dans un mail, Manuel Tunon de Lara, le président de l’Université de Bordeaux appelle les étudiants à la vigilance.

L’agression remonte à une dizaine de jours, un soir tard, sur le campus de Pessac près de la station de tram Doyen Brus, selon la plainte déposée pour viol par une étudiante.

Le Président de l’Université de Bordeaux, Manuel Tunon de Lara, vient de lancer un appel à la prudence par mail auprès de ses étudiants pour qu’ils signalent tout comportement suspect, qu’ils ne laissent aucun camarade rentrer seul, et pour qu’ils évitent les raccourcis mal éclairés.

Ces consignes avaient déjà été rappelées début octobre lors d’une réunion sur le campus universitaire. Les patrouilles de police ont par ailleurs été renforcées dans le secteur.

Un problème d’éclairage.

Il faudrait aussi songer à élargir les trottoirs.

Ce secteur est le lieu très prisé des arabes pour la chasse à la Blanche.

Sud-Ouest :

Malik Kalane est jugé à partir d’aujourd’hui pour cinq viols, dont trois d’étudiantes bordelaises, tous commis de 2007 à 2008, entre la banlieue parisienne et Pessac.

Malik Kalane, 35 ans, comparaît à partir d’aujourd’hui et pour toute la semaine devant les assises de la Gironde.

Il est accusé du viol de cinq jeunes filles, commis entre 2007 et 2008, près de Paris et à Pessac. Trois d’entre eux ont été perpétrés entre le 13 et le 27 mai 2007 sur le campus universitaire à Pessac. Malik Kalane, bénéficiant de la présomption d’innocence, s’affirme lui, victime d’une machination.

Une machination orchestrée par les infidèles contre un humble serviteur.

Une autre machination du même genre a eu lieu en 2013.

Sud-Ouest :

Jugé depuis lundi, Ali Hammani, 23 ans, a été reconnu coupable de viol et d’agression sexuelle sur deux étudiantes en avril 2012 non loin du campus à Pessac.

Les deux agressions avaient eu lieu à seulement quelques heures d’intervalle dans la nuit du 12 au 13 avril 2012 à Pessac. Une jeune fille de 18 ans avait été victime d’une violente agression sexuelle alors qu’elle s’apprêtait à ouvrir la porte de l’habitation où elle louait une chambre, après une soirée en boîte de nuit.

La pente fatale de l’islamophobie.