Home / Les dernières actualités / Conflans : un prof décapité pour avoir blasphémé le Prophète (sws)

Conflans : un prof décapité pour avoir blasphémé le Prophète (sws)

Démocratie Participative
17 octobre 2020

Censuré sur tous les médias républicains à la botte des juifs pour protéger l’immigration musulmane

Je suis partagé entre le ras-le-bol de l’immigration et le plaisir de voir des profs de gauche antifascistes égorgés par leurs petits protégés musulmans.

CNews :

Un homme a été décapité en pleine rue à Conflans Saint-Honorine (Yvelines), ce vendredi vers 17h. Un suspect a été blessé par balle par la police.

L’agresseur présumé, a été blessé gravement au terme d’une course-poursuite, dans la ville voisine d’Eragny (Val-d’Oise), a-t-on appris de source proche de l’enquête.

La victime serait un professeur de collège. Les policiers de la Bac Conflans Saint-Honorine avaient été appelés pour un individu suspect rôdant autour d’un établissement scolaire, selon cette même source.

Sur place, les policiers ont découvert la victime. Et 200 mètres plus loin, à Eragny, ils ont tenté d’interpeller un homme armé d’une arme blanche qui les menaçait avant de faire feu sur lui, le blessant grièvement.

Un périmètre de sécurité a été installé et le service de déminage appelé, en raison d’une suspicion de gilet explosif.

Le parquet antiterroriste a été saisi, et une enquête a été ouverte pour «assassinat en relation avec une entreprise terroriste» et «association de malfaiteurs terroriste criminelle», selon l’AFP. La Sous-direction anti-terroriste (Sdat) de la police et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ont été saisies.

Une opération de déminage était en cours, en raison d’une suspicion de ceinture-explosive.

Bug.

Un débat sur la laïcité juive était à l’origine du différent.

Valeurs Actuelles :

Tout aurait commencé il y a une dizaine de jours par un débat sur la laïcité organisé par le professeur dans sa classe d’un étanlissement de Conflans.

Au cours de ce débat, le professeur a montré aux élèves des caricatures du prophète – permettant aux élèves gênés de quitter la pièce – provoquant la colère des plusieurs familles musulmanes de l’établissement.

Après des jours de crispations entre l’établissement et la famille, une note précisait lundi que la tension semblait être retombée mais insistait sur le profil d’un homme – qui n’avait pas d’enfant scolarisé dans l’établissement – particulièrement énervé.

Le message est passé : les porcs de l’Education Nationale auront la tête coupée s’ils osent contester l’hégémonie islamique.

Fascistes blancs, gardons les mains propres et laissons ces chiens de gauche antiblancs se faire saigner par les musulmans.

Commentez l’article sur EELB.su