Home / Décryptage / Convertie à l’islam, la Boomeuse amatrice de chibre noir Sophie Pétronin dénonce ceux qui qualifient ses geôliers de « djihadistes », annonce vouloir rapidement se mettre en danger pour servir la race négroïde

Convertie à l’islam, la Boomeuse amatrice de chibre noir Sophie Pétronin dénonce ceux qui qualifient ses geôliers de « djihadistes », annonce vouloir rapidement se mettre en danger pour servir la race négroïde

Captain Harlock
Démocratie Participative
09 octobre 2020

(Mise à jour ) Confirmation :

——————————————————————————- 

Cette vieille traînée s’est sans conteste convertie à l’islam

Le gouvernement français a négocié la libération de 200 djihadistes maliens en échange d’une vieille Blanche de 75 ans ayant décidé de vouer sa vie à la prolifération de la démographie africaine, Sophie Pétronin.

La libération scandaleuse de cette épave entraînera inévitablement de nouveaux morts, les 200 djihadistes libérés regagnant bientôt l’insurrection pour combattre et tuer d’autres soldats français.

Le minimum que les Français sont en droit d’attendre de la part de cette vieille peau, c’est d’avoir la dignité de rentrer en France pour y mourir dans la honte en toute discrétion.

Mais la pudeur et l’humilité n’est pas le propre des putes à nègres.

Pétronin a d’ores et déjà annoncé son intention de retourner à son sacerdoce afin de servir les noirs qui l’ont séquestrée.

BFMTV :

L’humanitaire française avait été enlevée en décembre 2016 à Gao, dans le nord du Mali. La dernière otage française dans le monde a été libérée ce jeudi.

À peine arrivée à Bamako, Sophie Pétronin, la Française libérée au Mali avec trois autres otages malien et italiens, a déclaré ce jeudi son intention de retourner à Gao, dans le nord du pays. Elle souhaite s’assurer que l’organisation d’aide aux enfants qu’elle dirigeait avant d’être enlevée il y a près de quatre ans continuait à fonctionner convenablement.

« Je vais aller en France en Suisse et après je vais revenir voir un peu ce qui se passe ici« , a-t-elle dit dans une rencontre avec des journalistes à l’ambassade de France à Bamako.

« J’ai pris l’engagement pour les enfants, ça fait presque quatre ans que je n’ai pas vu comment se déroulent les programmes », a-t-elle poursuivi, en invoquant les actions de son organisation contre la malnutrition et en faveur des enfants orphelins.

Elle s’est dit heureuse d’avoir appris que son assistant avait pu prendre la relève en son absence. « Il faut quand même que j’aille jeter un œil et les saluer parce que j’ai pris cet engagement. Si vous prenez un engagement, allez au bout de votre engagement, sinon vous aurez perdu votre raison d’être sur cette terre », a-t-elle expliqué.

Cette vieille putain a encore le front de parler « d’engagement » auprès de nègres qui s’en sont servis contre nous et ce après le chaos qu’elle a généré et l’embarras dans lequel elle nous a mis collectivement.

Même son fils a été choqué d’entendre cette folle déballer de telles insanités devant les caméras.

Son fils Sébastien Chadaud, arrivé mardi à Bamako et présent à ses côtés, a réfréné son ardeur en disant que cela se ferait « en toute sécurité ». « Attends-toi à ce que je cadre certaines choses, tu n’iras pas où tu veux », a-t-il dit après s’être beaucoup investi en sa faveur.

C’est incroyable mais hélas pas surprenant.

Cette Boomeuse se shoote à l’attention des nègres. Elle n’a que faire de la détresse psychologique que son fils a enduré ces quatre années passées à cause de son irresponsabilité. Elle n’a qu’une obsession : retourner au milieu des noirs se défoncer hormonalement en allant materner du cafrillon.

Sauf à être retenue par les autorités françaises, elle sera sur place dans quelques mois.

Son fils recevra à peine un email tous les trois ou quatre mois.

Elle a par ailleurs dit n’éprouver « aucune colère ». Dans un entretien distinct avec l’Agence France-Presse et Radio France Internationale, elle a dit faire « partie de la famille gaoise » (de Gao) et esquissé une vision dédramatisée de ce qu’avait été sa captivité.

Le temps lui a paru « un peu » long, « mais j’ai transformé la détention, si on peut dire, en retraite spirituelle ». « J’étais dans l’acceptation de ce qui m’arrivait et j’ai pas résisté, et puis voilà je m’en suis sortie », a-t-elle affirmé, se disant « en pleine forme ».

Elle était en cure, plus exactement. Une cure de jouvence. Être retenue de force par des mâles négroïdes surarmés a rajeunie cette vieille carne de 20 ans.

Et dire que les gauchistes qui soutenaient cette folle n’avaient de cesse de parler de son état de santé « alarmant » pour justifier son exorbitante libération.

J’ajoute qu’elle a très probablement eu des relations sexuelles avec ses gardes, ce à quoi ils n’ont consenti à faire qu’après une conversion à l’islam. Ce qu’elle a accepté sans difficulté.

Cela « se passait bien, l’air était sain, bon (…) Je me suis accrochée, j’ai tenu, j’ai beaucoup prié parce que j’avais beaucoup de temps, je me suis promenée, j’ai bien mangé, j’ai bien bu, de l’eau fraîche hein! »

Elle a indiqué qu’elle pouvait écouter la radio et que ses gardiens, sur lesquels elle n’a pas fourni de précisions, lui faisaient passer des messages ou des vidéos, comme l’une dans laquelle son fils lui disait: « Tiens bon ». Elle lui a rendu hommage: « Mon fils est un battant, mais dans la famille, nous sommes tous des battants ».

Elle s’est gardée de parler de ses gardiens comme de « jihadistes ». « Appelez-les comme vous voulez, moi je dirais que ce sont des groupes d’opposition armés au régime », a-t-elle dit. Elle a invoqué des accords passés qui n’auraient pas été tenus et qui provoqueraient les hostilités actuelles.

Gouvernement et groupes armés « trouveront le chemin pour la paix, je leur souhaite en tout cas vivement », a-t-elle déclaré.

Voilà.

Les djihadistes ne sont pas des djihadistes mais des « groupes d’opposition ». Et si vous dites l’inverse, vous êtes islamophobes en plus d’être des racistes.

Sur ce la vieille se tire et planifie déjà ses prochaines vacances.

Nous avons donc fait libérer ce truc de 75 ans pour nous entendre dire qu’elle a adoré sa détention, aimé les indigènes musulmans qui la retenaient captive avant de déclarer à tout le monde, son fils y compris, qu’elle se mettrait en danger le plus rapidement possible pour pouvoir torcher le cul de ces nègres qu’elle adule et qui tuent des soldats français.

Comment ne pas comprendre l’hostilité des djihadistes noirs qui subissent le harcèlement de ces mouches blanches ?

C’est donc à ça que servent les militaires français qui meurent au Mali : offrir un service de protection 5 étoiles pour des Blanches en mal de nègres.

Il est temps de quitter ce pays stupide et de laisser ces Blanches crever de leur passion ardente pour la bite africaine, si vous voulez mon opinion.

Commentez l’article sur EELB.su