Home / Les dernières actualités / Découvrez la vidéo des musulmans qui appelaient à traquer le prof charliste de Conflans !

Découvrez la vidéo des musulmans qui appelaient à traquer le prof charliste de Conflans !

Captain Harlock
Démocratie Participative
17 octobre 2020

 

Après avoir expliqué ce qu’il fallait penser de la décapitation du prof de Conflans, je veux revenir sur le contexte.

NB Vous pouvez lire mon article ici : Les profs de gauche méritent ce qui leur arrive, nous ne lèverons pas le petit doigt pour les sauver du carnage

Ce prof, Samuel Paty, était l’incarnation du prof de gauche, antiraciste et antifasciste. Militant de la France multiraciale et soldat politique de la République judéo-maçonnique, il adhérait avec ardeur au projet républicain consistant à mélanger les races, les religions et les cultures du monde entier pour les fondre en un tout solide sous commandement juif.

Voilà la propagande qu’il servait aux élèves de son établissement :

Le brave goy Samuel Paty voulait une France peuplée de beurs et de noirs qui auraient rejeté l’islam pour « s’intégrer » et devenir des « citoyens français », c’est-à-dire des serviteurs dociles de la République contre la race blanche.
Il y avait un seul hic dans ce beau projet : les musulmans ne veulent pas abandonner leur religion et ils ne tolèrent pas que l’on insulte le prophète de l’islam.
Or, Samuel Paty a cru avisé d’insulter le prophète en classe en montrant une caricature du prophète « nu ». La réaction a été vive chez les parents d’élèves musulmans.

L’histoire a été largement relayée sur les réseaux sociaux entraînant la mobilisation des musulmans du 93. Les musulmans étaient très, très remontés.

Voici une vidéo qui résume cette mobilisation aux abords de l’école, elle a un petit côté Syrie-sur-Seine :

Un jeune musulman tchétchène né à Moscou en 2002 a décidé de prendre les choses en mains, si je puis dire.

Le blasphémateur a été sanctionné de mort comme il est normalement prévu par la loi islamique.

« Ceux qui offensent Dieu et Son Envoyé, Dieu les maudit (laʿanahumu) en ce monde et dans l’Autre, et Il leur prépare un châtiment ignominieux (ʿaḏāban muhīnan) (Coran XXXIII, v. 57) »

Encore une fois, si vous faites venir des musulmans dans votre pays, vous aurez du terrorisme islamique. C’est ce qui se passera systématiquement. S’étonner tous les trois mois que des musulmans sont musulmans est absurde.

Survivre en tant que mécréant en terre d’islam

C’est une chose d’insulter Mahomet sur internet, sous pseudo. C’en est une autre de le faire au milieu d’une ville française repeuplée de musulmans, à visage découvert. Autrement dit, insulter les musulmans en terre d’islam est une très mauvaise idée. Invoquer les « valeurs de la République » ne vous seront d’aucune utilité face aux couteaux aiguisés de la communauté des croyants. Il n’y a qu’une chose qui compte : le rapport de force. Dans une ville grand-remplacée, ce rapport de force ne joue pas en faveur des Blancs.

Bien sûr, vous avez tous ces gens de droite qui parlent du « droit de blasphémer » et qui s’emportent contre ceux qui disent qu’il faut arrêter les frais et cesser de se moquer de l’islam ou du prophète Mahomet. Mais comme je l’ai dit dans un autre article, ces mêmes gens ne publient pas de caricatures et évitent de blasphémer. Ils poussent les autres à faire ce qu’eux-mêmes ont la trouille de faire. La Croisade laïque par procuration, en somme.

Pour ma part, comme je tiens à la sécurité des nôtres, je déconseille très fortement à n’importe quel Blanc évoluant au milieu de musulmans de s’amuser à ce genre de choses car cela reviendrait pour moi à encourager quelqu’un à jouer au foot sur l’autoroute. Les dix millions de musulmans qui vivent en France représentent une population très volatile émotionnellement et aussi très grégaire. Ils aiment également le couteau, étant formés dans l’enfance à l’égorgement du mouton pour l’Aïd. Ce rite de passage entraîne un Syndrome de Stress Post Traumatique toute la vie durant. D’où le goût pour la lame des mahométans. Si par hasard vous déclenchez un de ces musulmans avec une insulte sur le prophète ou sur Allah, il est impossible de prédire la suite. L’intéressé lui-même ne sait pas ce qu’il va faire, une fois déclenché. Vous pouvez vous retrouver avec des milliers de musulmans à vos trousses, prêts à venir chez vous vous égorger devant vos enfants et votre femme.

Ces gens-là ne pensent pas aux conséquences. Ils n’ont pas de projet de vie. Le projet de vie d’un musulman consiste à détruire tout ce qui n’est pas musulman. Le fanatisme génocidaire est le propre de toute idée sémitique.

J’imagine que vous avez suivi l’affaire Mila.

Je ne veux pas gâcher la fête mais cette gamine a été inscrite sur la liste noire par nos compatriotes musulmans. Sauf à quitter la France, elle sera égorgée et aura sa tête coupée diffusée sur les réseaux sociaux. Et vous savez quoi ? Les autorités s’en fichent car elles savent parfaitement qu’elles ne peuvent pas contrôler les centaines de milliers de mâles musulmans prêts à fondre un fusible à tout moment. Si cette gamine ultra médiatisée est condamnée, vous pouvez aisément comprendre que personne ne viendra vous aider dans la même situation.

Donc, encore une fois, si vous êtes au contact fréquent de musulmans, évitez ce genre de trucs. Même pour plaisanter. Vous ne seriez qu’un cadavre dont Bernard-Henri Lévy vendrait les chairs encore chaudes pour le compte de la race juive.

Nous ne devons pas laisser nos frères de race devenir la chair à canon de la juiverie en s’exposant stupidement pour lui servir de gilet pare-balles.

En revanche, nous devons exploiter la situation en chauffant nos amis musulmans contre le pouvoir établi et ses serviteurs zélés, profs en tête. Il est toujours préférable d’encourager un ennemi à vous débarrasser d’un autre ennemi à votre place. C’est ce que les juifs font constamment. Diriger la colère islamique contre nos ennemis est la meilleure chose à faire.

C’est une approche bien plus habile, compte tenu de la situation présente. Diviser pour régner, voilà la meilleure des stratégies.

Commentez l’article sur EELB.su