Home / France / La MILF hypra chaude Barbara Pompili déclare la guerre aux femmes blanches en annonçant une loi interdisant la pub pour le Nutella

La MILF hypra chaude Barbara Pompili déclare la guerre aux femmes blanches en annonçant une loi interdisant la pub pour le Nutella

Captain Harlock
Démocratie Participative
20 septembre 2020

Pour ceux qui ne seraient pas totalement versés dans la science gouvernementale, Macron a désigné récemment une gonzesse pour faire semblant de s’occuper de l’écologie, l’ancienne membre d’EELV Barbara Pompili.

Barbara Pompili est la gonzesse la plus chaude qui existe à gauche. Tout comme nous, Macron sait que les nanas ne comprennent rien en politique et que leur seule et unique fonction consiste à rendre sexy des politiques unanimement impopulaires.

L’écologie est particulièrement impopulaire.

Le cerveau masculin est structuré de telle façon qu’un homme pardonnera à peu près n’importe quelle connerie à une femme si elle est mignonne.

Comme toutes les nanas en politique, Barbara veut uniquement briller sous les projecteurs pour que les mecs la matent. C’est 90% de ce qui fonde son « engagement ». Ensuite, pour 9%, c’est le salaire et les diverses facilités qui permettent à Barbara de cramer du fric sans compter en sacs, chaussures, coiffeur, etc.. Le 1% restant consiste à balancer des ragots sur les autres gonzesses du monde politique, se foutre de leurs fringues, de leur poids, de leurs mecs.

Donc, Barbara est chargée de vendre des trucs décidés par le politburo sanitaire occidental en échange d’un job rigolo au sein du gouvernement où elle peut échanger des blagues de cul sur Whatsapp en plein conseil des ministres.

Mais tout n’est pas à jeter.

BFMTV :

La ministre de Transition écologique prépare un texte de loi visant à encadrer, voire à interdire, les spots de publicité pour des produits jugés nuisibles pour l’environnement ou la santé , selon le JDD. Un texte qui inquiète déjà les annonceurs.

Le milieu de la publicité, lourdement affecté par la crise, s’inquiète déjà d’un projet de loi gouvernemental visant à restreindre la publicité à la télévision de certains produits. Selon le JDD, la ministre de la Transition écologique prépare pour cet automne un texte de loi prévoyant d’encadrer, voire de bannir de la télévision, certains spots publicitaires pour des produits jugés nuisibles pour la santé ou l’environnement.

Seraient visés des véhicules à moteur thermique particulièrement polluants, certains aliments sources d’obésité, voire des comparateurs de voyages incitant à prendre l’avion ou des acteurs du l’univers de la mode, à la (trop) forte empreinte carbone.

Alors que ce projet de loi devrait être déposé à l’automne, le ministère a organisé juste avant ce week-end une première réunion d’information. Ont été réunis des représentants de la Convention citoyenne, des chaînes de télé, du monde de la publicité et des annonceurs.

Pour sa part, le SNPTV (syndicat national de la publicité télévisée) évalue, selon le JDD, à plus d’un milliard d’euros les pertes potentielles de chiffre d’affaires, que de telles mesures restrictives pourraient induire.

La campagne de terreur contre le Nutella décidée par Pompili est l’offensive la plus brutale contre le droit des femmes de prendre du poids depuis un siècle.

Si l’on y ajoute l’interdiction de la réclame pour les DOMTOM et le MacDo, c’est un parcours presque parfait. Il reste tout de même Netflix qui continue d’opérer en toute impunité. Mais bon.

Il n’y a pas de raison que l’avènement du communisme vert ne ruine pas aussi la vie des poufs et des domiens. Encore que, pour être franc, je pense que Macron épargnera les colonies d’Outre-Mer, ne serait-ce que parce que Marine Le Pen se mettrait en grève de la faim si jamais on s’aventurait à cesser d’envoyer des Blancs engraisser ses électeurs insulaires indolents et haineux. Et puis Macron aime les noirs, c’est ainsi.

Dans dix ans, la France ressemblera à la Cuba socialiste sous embargo. Avec beaucoup plus de noirs et beaucoup moins de soleil.

En revanche, les Blanches auront perdu leur culotte de cheval.

C’est donc plutôt un gain, en termes relatifs.

Commentez l’article sur EELB.su