Home / Les dernières actualités / La presse juive s’en prend férocement à des policiers blancs lucides sur l’inévitable guerre raciale à venir

La presse juive s’en prend férocement à des policiers blancs lucides sur l’inévitable guerre raciale à venir

Captain Harlock
Démocratie Participative
04 Juin 2020

 

Avec l’insurrection antiblanche déclarée aux USA et ses ramifications en France autour de la suprémaciste noire Assa Traoré, les tensions raciales montent nettement ces derniers jours.

C’est l’occasion pour un maghrébin de la chaîne juive Arté, un certain Ilham Maad, de jeter de l’huile sur le feu interethnique en reparlant de ces policiers blancs de Rouen lâchement vendus par un de leurs collègues nègre, tout particulièrement haineux.

Des extraits audios ont été diffusés et retweetés en masse par les nègres et les arabes. En plus des gauchistes blancs.

Libération, le journal du milliardaire juif Patrick Drahi, en parle aussi pour exciter les profs de gauche.

BFMTV, qui appartient également à ce spéculateur israélien, appelait déjà à la guerre raciale hier.

Ces juifs entendent visiblement exploiter ces nègres comme ils l’ont toujours fait.

Rouen est connue pour être sinistrée racialement. Rien que sur notre site, la liste des attaques commises par les allogènes dans cette ville contre la population autochtone est trop longue pour être citée en intégralité. Vous pouvez la consulter ici. Il y a par exemple l’affaire du viol et du meurtre d’une gamine française et de son petit ami par un nègre du Rwanda.

Tout ça pour dire qu’il est absolument normal pour des fonctionnaires de police blancs qui vivent en plein Tchernobyl racial de discuter librement de leur expérience. N’importe quel être humain plongé dans une telle jungle multiethnique discutera de ce qu’il vit au quotidien. D’ailleurs, c’est ce que font les gens tout le temps : discuter de leur vie quotidienne. Ces flics faisaient ça : discuter de leur vie quotidienne.

Je ne vois pas comment ces flics auraient pu décrire la réalité autrement qu’en décrivant la réalité.

Tout ça est bizarre.

Quoi qu’il en soit, comme je le disais l’autre jour à propos de la police, si l’institution est fondamentalement hostile aux intérêts blancs en France, il y a des flics qui partagent à titre individuel une bonne partie de nos convictions. Mais encore une fois, cela ne doit pas nous faire oublier le caractère structurel d’une administration comme la police dans une démocratie multiraciale juive.

La police nationale lutte contre les brouteurs blancs

Les récents appels du pied des syndicats de police franc-maçons en direction des allogènes à propos de la mort de cet acteur porno noir, George Floyd, ont amplement démontré la nature profonde de la police comme institution antifa.

Je suis cependant attristé en voyant ces patriotes être persécutés de la sorte par les commissaires politiques du ministère de l’Intérieur, les médias juifs et les hordes de rats qui s’excitent actuellement contre eux. Hélas, ces patriotes ont fait preuve d’un grave manque de prudence en s’enregistrant mutuellement sur Whatsapp sur leur lieu de travail.

Vous ne devez jamais parler de politique sur votre lieu de travail, jamais.

Sous aucun prétexte.

Point à la ligne.

Cela se retournera toujours contre vous.

Nous devons développer une culture du secret et de l’étanchéité. Cela passe par l’utilisation d’application de messagerie cryptées de bonne qualité, tant sur smartphone que sur PC, recourir à Tor et à un VPN, etc.. Nous sommes politiquement en terrain hostile, cela nécessite pour nous de préserver notre anonymat. C’est pourquoi, dans le contexte français actuel, je suis contre toute forme d’organisation officielle et visible. Nous devons préférer des petites cellules locales, totalement cloisonnées.

Malgré ça, il y a un aspect positif dans cette affaire. Le fait que des Blancs parlent clairement de ce qui attend la vermine immigrée et ses facilitateurs fout vraiment la trouille à ces cafards. La colère de l’homme blanc finira par éclater et ces sous-races savent parfaitement qu’à ce moment-là, ce sera particulièrement sinistre.

Paradoxalement, c’est ce qu’ils recherchent : la fureur blanche.

Donc, au plan psychologique, que 400,000 gauchistes et métèques aient reçu le message est positif. Très positif même. Cela contribue utilement à faire monter les tensions.

Aux Etats-Unis, les villes tenues par la gauche à forte démographie noire, comme Minneapolis, sont en train de pousser pour la dissolution de leur police. Ce qui là-bas relève de leur compétence.

Evidemment, si nous laissons les nègres livrés à eux-mêmes, ils commenceront par se débarrasser de cette notion de police qu’ils ne comprennent pas et retourneront à leur état naturel : des tribus primitives qui s’entretuent. Si cela devait advenir en Amérique, les Blancs formeraient leurs propres milices sans craindre aucune espèce de répercussion puisque, par définition, il n’y aurait aucune police.

Chez nous, des maires allogènes ou néo-communistes feront de même. D’abord en dissolvant leur police municipale si elle existe dans leur commune, puis en appelant ouvertement à expulser les flics de leurs villes.

Il faudra un peu de temps, mais ça adviendra.

C’est également ce que nous devons viser : la dissolution de la police. C’est cette police antiraciste qui empêche la nature de reprendre ses droits et à la lutte des races de produire sa conclusion logique. Plus vite la police sera paralysée en France, plus tôt les Blancs pourront se défendre.

Commentez l’article sur EELB