Home / Les dernières actualités / L’alligator du Führer meurt à Moscou à l’âge vénérable de 84 ans

L’alligator du Führer meurt à Moscou à l’âge vénérable de 84 ans

Captain Harlock
Démocratie Participative
24 mai 2020

Vous n’avez jamais entendu parler des super alligators nazis ?

Le Matin :

«Saturne, notre alligator du Mississippi, est mort de vieillesse le 22 mai», a annoncé le zoo de Moscou dans un communiqué publié samedi soir. Il est parti «à l’âge respectable d’environ 84 ans», après avoir vécu «une vie longue et riche en événements», précise le communiqué, soulignant que dans la nature ces alligators ne vivent qu’entre 30 et 50 ans.

Né aux Etats-Unis en 1936, Saturne a ensuite été transféré au zoo de Berlin d’où il s’est évadé après le bombardement du 23 novembre 1943 ayant coûté la vie à plusieurs reptiles de cet établissement. En 1946, il a été découvert par des soldats britanniques et remis à l’Union soviétique, les trois années de sa vie entre ces deux événements constituant un «mystère», indique le communiqué.

Saturne a été emmené à Moscou en juillet 1946 «et presque aussitôt un mythe est né, selon lequel il aurait fait partie de la collection personnelle d’Hitler», précise-t-il. «Le zoo de Moscou a eu l’honneur d’abriter Saturne pendant 74 ans et a fait tout son possible pour soigner l’honorable alligator de la manière la plus attentionnée possible», souligne le communiqué.

Il était capricieux lorsqu’il s’agissait des repas et adorait se faire masser avec une brosse, selon la même source. «Saturne pour nous, c’est tout une époque (…). Il nous a rejoint après la Victoire (sur l’Allemagne nazie) et a célébré avec nous les 75 ans de cette Victoire», souligne le zoo de Moscou. «C’était un grand bonheur de pouvoir être à côté de lui, de regarder dans ses yeux», poursuit-il, en ajoutant: «nous espérons que nous ne l’avons pas déçu».

Je ne crois pas que Saturne ait célébré les viols de masse des Blanches par les hordes mongoles du pouvoir judéo-bolchevique de Moscou.

Saturne est resté un authentique national-socialiste jusqu’au bout.

Commentez l’article sur EELB