Home / Décryptage / Les experts sanitaires internationaux qui soutenaient le confinement total appellent à présent à des manifestations de masse pour « préserver la santé du peuple noir »

Les experts sanitaires internationaux qui soutenaient le confinement total appellent à présent à des manifestations de masse pour « préserver la santé du peuple noir »

Captain Harlock
Démocratie Participative
06 Juin 2020

 

Comme vous l’avez vu durant toute la semaine aux Etats-Unis, les noirs et les antifas ont virtuellement reçu le feu vert des métropoles tenues par la gauche démocrate pour lancer une campagne de terreur contre la population blanche qui y vit.

A Minneapolis, le maire juif Jacob Frey a même ordonné à la police de déserter la ville, permettant aux noirs d’incendier un commissariat.

Ce schéma s’est répété un peu partout.

A Washington, les émeutiers noirs et communistes ont même incendié une église à quelques pas de la Maison Blanche.

Les médias occidentaux n’ont retenu de cette scène de violence inédite qu’une seule chose : que Trump ose virer les factieux du secteur pour réaffirmer l’autorité de l’Etat sur place.

Le fait qu’il tienne une Bible devant l’église incendiée a démultiplié l’hystérie de la presse juive.

Et de l’Eglise Catholique.

Bergoglio, qui est de toutes les opérations initiées par l’oligarchie globaliste, a donc lâché ses évêques enculeurs d’enfants pour participer à l’insurrection.

Je rappelle que le même expliquait que Jésus soutenait la mise en résidence surveillée de la planète parce que Bill Gates en avait décidé ainsi.

Quoi qu’il en soit, c’est fascinant.

Ces gens font mine d’ignorer que la Bible est ce sur quoi est fondée la République américaine. Tous les présidents doivent littéralement jurer sur la Bible avant d’entrer en fonction.

Vous n’avez pas besoin d’être chrétien pour constater ce fait : la Bible est un symbole traditionnel de l’autorité présidentielle aux Etats-Unis. Cela n’a rien de nouveau ou d’original. Mais ce que tous les médias ont retenu, c’est que Trump ose prendre une photo devant une église incendiée par des terroristes négro-communistes.

Imaginez si des nationalistes blancs avaient essayé d’incendier une mosquée à Washington. Outre les violentes convulsions médiatiques que cela aurait entraîné, les médias exigeraient que Trump se rende sur place pour se faire sermonner par un imam agitant un coran à la main. C’est exactement ce qui se passerait et si Trump ne s’y rendait pas, la presse juive redoublerait d’appels à l’insurrection.

A travers Trump, c’est le droit à la légitime défense des Blancs que la presse judéo-marxiste tente de diaboliser auprès des masses.

Tout ce que nous vivons actuellement est surréel.

Nous sortons de deux mois de résidence surveillée, tant en Amérique du Nord qu’en Europe. Quiconque osait violer cet internement de masse était qualifié d’assassin de vieux et d’enfants.

Littéralement.

« Sauvez des vies, restez chez vous ! »

A présent, les mêmes têtes de gondole du showbiz tentent par tous les moyens de légitimer des émeutes raciales à grande échelle.

Le gang Traoré dont le passif criminel est impressionnant et largement documenté est érigé en voix autorisée de l’insurrection raciale.

Nous sortons à peine de la plus brutale opération de sidération psychologique de l’histoire que le Système est déjà passé à une autre menace imaginaire : l’apartheid blanc. Parce qu’un acteur porno noir, cardiaque et totalement défoncé aux amphétamines, est mort lors d’une arrestation à laquelle il résistait.

Des centaines de multinationales et de médias sont actuellement engagés dans cette nouvelle campagne de sidération, de la même ampleur que celle derrière le Covid19, mais cette fois pour cibler explicitement l’homme blanc en tant que tel. Jamais l’antiracisme n’avait été aussi explicitement synonyme de racisme antiblanc de la part des élites occidentales.

Vous avez même le spéculateur juif Jamie Dimon, patron de la banque JPMorgan, qui pose devant son coffre fort en marque de soutien à l’insurrection négro-communiste.

C’est un des points sur lequel je veux absolument insister : cela n’a rien d’une « révolution populaire » menée par des gens de couleur « opprimés par les Blancs ». C’est une campagne coordonnée et financée par les plus grandes puissances d’argent du monde occidental et elles visent les classes moyennes blanches.

Dans cette affaire, le lumpenproletariat nègre n’est qu’une réserve de criminelle utile pour semer l’agitation. Mais ce n’est certainement pas lui qui donne les ordres.

Comme pour le Coronavirus, cette campagne repose sur la peur. Les médias tentent de terroriser les masses occidentales pour les soumettre encore davantage en créant de toutes pièces une menace imaginaire : l’apartheid blanc. Et comme pour cette pandémie imaginaire, les gens vont effectivement finir par croire qu’il existe un apartheid à l’échelle de l’Occident et que, pour une raison ou une autre, cet apartheid blanc est un danger pour les Blancs eux-mêmes.

Les drones matrixés se comptent par millions. Cette viande goye n’a besoin que d’un stimulus médiatique pour réagir comme le Système s’y attend.

Aux Etats-Unis, 1,200 « experts » universitaire en virologie ont signé une lettre ouverte afin d’appeler à la poursuite des rassemblements de masse au motif que ces rassemblements sont « indispensables à la santé publique et tout particulièrement à la santé du peuple noir ».

Ces mêmes experts accusaient Trump d’être un assassin en puissance s’il levait le confinement « trop tôt ».

Tout ça est coordonné au plus haut niveau. Après le Brexit, l’élection de Trump et le soulèvement des Gilets Jaunes, le Système a décidé de durcir les méthodes de l’ingénierie sociale. La peur est désormais au coeur de la gestion des masses par ce système terroriste. Il s’agit de ne laisser aucun répit psychologique aux foules en passant d’une crise imaginaire à une autre, à rythme soutenu.

Certains vont me dire, « mais alors, ces juifs veulent une guerre raciale ouverte ? ». La réponse est non. Ces nègres et ces antifas sont exactement comme les djihadistes : les juifs les activent et les désactivent en fonction de leur échéancier. Le mouvement « Black Lives Matter » avait été activé par les juifs en 2015 pour mobiliser les nègres et les gens marron contre Trump. Après, il a été mis en sommeil pendant 4 ans. Les élections approchant, il est réactivé mais cette fois au terme d’une coordination avec la totalité des multinationales occidentales.

Même les gosses blancs de 10 ans jouant à Minecraft sont ciblés.

L’idée est d’écraser l’électorat blanc en l’asphyxiant psychologiquement à base de culpabilisation raciale ultra agressive. L’industrie du jeu vidéo est particulièrement ciblé car les gamins peuvent devenir des relais très influents auprès de leurs parents. Les juifs pensent pouvoir briser la volonté des populations blanches par cette campagne de démoralisation gigantesque et reprendre la Maison Blanche en 2020. Mais  les juifs n’écartent pas pour autant une victoire de Trump en novembre prochain. C’est pourquoi l’intensité de la mobilisation est si forte : ces juifs ont un plan B et ce plan B, c’est un nouveau Maïdan à Washington si Trump l’emporte.

Le Système n’acceptera pas la victoire de Trump parce qu’il ne peut plus accepter que l’électorat blanc se rebelle.

Pour ce qui nous concerne, en France et en Europe, nous sommes si lobotomisés que le Système passe déjà à la phase suivante : le communisme vert.

Sous la supervision de la dictature sanitaire.

Les Américains sont beaucoup plus enfoncés dans le chaos racial que nous en dépit de l’état catastrophique de la France. Mais les Américains ont quelque chose que nous n’avons pas : des Blancs solides, armés et prêts à résister à la tyrannie négro-communiste que les juifs veulent mettre en place.

Commentez l’article sur EELB