Home / France / Macron dissout un mème pour leurrer les juifs après avoir refusé la censure des propos antisionistes

Macron dissout un mème pour leurrer les juifs après avoir refusé la censure des propos antisionistes

Captain Harlock
Démocratie Participative
25 juillet 2019

Goy, la menace skinhead est si imminente qu’on diffuse des photos de neon-nazis californiens remontant à 2010 pour nos articles

Macron a fait dissoudre un nom en Conseil des ministres hier.

Mieux : il a fait dissoudre plusieurs mots. Quatre exactement.

20 Minutes :

La dissolution du groupuscule d’ultradroite néonazi « Blood and Honour Hexagone », a été prononcé mercredi en Conseil des ministres. Emmanuel Macron s’était engagé fin février lors du dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), aux dissolutions de ce mouvement très minoritaire mais également du Bastion social et de Combat 18.

Blood and Honour (Sang et honneur, en anglais) est issu de la scène musicale néonazie britannique. Blood and Honour Hexagone en est sa filiale française. « Sang et honneur » fait référence au slogan « Blut und Ehre » utilisé notamment par les Jeunesses hitlériennes. Skinheads, ils portent tatouages et blousons noirs en nylon et sont adeptes d’un hard rock sulfureux qui met en avant la « suprématie blanche » dans ses paroles.

Selon le politologue Stéphane François, spécialiste des droites radicales, ce mouvement en France « n’a jamais été quelque chose d’important ». « A la grande époque, dans les années 90, c’était une trentaine de personnes. Maintenant il n’y a quasiment plus rien, ils organisent des concerts une ou deux fois par an et c’est tout », observe Stéphane François.

Il est essentiellement implanté dans l’est de la France. En avril 2019, le conseil des ministres avait déjà prononcé la dissolution du mouvement d’ultradroite Bastion social, accusé d’appeler à la haine, aux discriminations et aux actions violentes. Fondé par des membres du Groupe Union Défense (GUD), syndicat étudiant d’extrême droite, Bastion social a essaimé dans plusieurs villes, mais restait extrêmement discret sur le nombre d’adhérents.

Cette dissolution n’a rien de commun avec celle de Bastion Social qui était un réel mouvement militant.

Même les « spécialistes de l’extrême-droite » de cette république antifa s’accordent à dire que dissoudre B&H en France revient à dissoudre de l’air.

Mais ça permet de justifier la diffusion dans la presse de belles photos prises en 2010 de skinheads californiens faisant flotter d’énormes croix gammées avec en titre : « Macron sauve les juifs ».

Je ne pense pas que cela suffise à tromper les intéressés.

Les juifs du CRIF et de la LICRA ne peuvent pas ne pas voir que Macron leur vend un pantalon à une jambe.

Le fond de l’affaire le voici : la loi Avia n’interdit pas les propos antisionistes ou anti-israéliens. Depuis des mois, le lobby juif vocifère dans sa presse communautaire pour exiger que soit censuré quiconque trouve un peu bizarre de nettoyer ethniquement la Palestine tout en se revendiquant de l’antiracisme orthodoxe.

Mais Macron a refusé.

[Les juifs nettoient effectivement la Palestine pour y instaurer la suprématie juive]

Une dissolution fictive ne coûte rien et fait les gros titres.

Kalifat a dû recevoir une énorme lettre avec de belles lettres en or signée par Macron en personne pour lui signifier la décision.

Le fait que le traître Dreyfus soit bientôt fait général en attendant de devenir Maréchal de France est du même tonneau : donner le change avec des machins qui ne coûte rien mais qui divertissent les juifs.

Sauf que tous ces trucs ne pèsent rien, politiquement.

Ce qui revient pour Macron a essayé de rouler les commerçants du Sentier.

Je ne crois pas que les juifs tomberont dans une arnaque aussi grossière.

Si Macron se livre à ces manœuvres, c’est pour ne pas avoir à expliquer aux juifs pourquoi ils ne criminalisent pas les propos antisionistes. Sur ce terrain-là, la fiotte de l’Élysée est très mal à l’aise parce qu’il couche avec les Frères Musulmans.

Les Frères Musulmans sont directement liés aux turcs et au Hamas palestinien.

C’est ce qui se passe quand, dans une république sémitique, les réseaux orientaux s’affrontent pour la domination : la prostituée de service doit jongler tout en évitant les balles.

En pareil cas, les marionnettes du gouvernement fantoche cherche une victime expiatoire à livrer à la bête hébraïque dans l’espoir de l’apaiser temporairement.

Les juifs ne sont pas intéressés par les algériens qui sèment le chaos en France, il leur faut du sang blanc pour retrouver le sommeil.

« Blood & Honour Hexagone » en l’occurrence.

8 personnes donc.

Cette lope de Macron pense s’en sortir à peu de frais.

Mais les juifs vont resserrer le nœud.

Ils resserrent toujours le nœud quand leurs demandes ne sont pas satisfaites.

Je ne serais pas surpris si, dans les mois à venir, un nouveau crime « antisémite » imaginaire émerge dans la presse juive agrémenté de deux ou trois profanations pour forcer Macron à céder.

Un rugissement communautaire pour exiger la sacralisation légale de la colonie juive de Palestine.

Commenter l’article sur /dempart/