Home / Décryptage / Polanski : la juiverie se déchaîne contre Florence Foresti pour avoir osé contester le droit de cuissage des producteurs juifs

Polanski : la juiverie se déchaîne contre Florence Foresti pour avoir osé contester le droit de cuissage des producteurs juifs

Captain Harlock
Démocratie Participative
04 Mars 2020

Si vous voulez mesurer la puissance de la juiverie en France, l’affaire Polanski vous en donne les moyens en temps réel.

Tout le Kahal s’est mis en ordre de marche pour lancer une violente contre-offensive contre les féministes afin de rappeler qui, en France, est le maître.

Et ça n’en finit pas.

Tout d’abord avec le juif Hanouna qui, du haut de ses 400,000 euros par mois, a accusé Foresti de trop aimer l’argent.

Ouest-France :

À cette occasion, Cyril Hanouna a dévoilé le cachet touché par Florence Foresti pour la présentation des César et en a profité pour tacler sévèrement l’humoriste. Celle-ci avait en effet refusé de remonter sur scène après la victoire de Roman Polanski dans la catégorie « Meilleure réalisation ».

« Si j’avais été patron du groupe, je lui aurais dit : Écoute Florence, tu veux partir avant la fin, eh bien écoute on va prendre des sanctions », a ainsi commenté Cyril Hanouna dans la soirée de lundi 2 mars, dont les propos ont été relayés par Télé-Loisirs. Florence Foresti, maîtresse de cérémonie des César 2020, avait refusé de clore la soirée et avait manifesté sa colère sur Instagram, « écœurée » par la récompense remise à Roman Polanski.

Celui-ci en a également profité pour dévoiler le cachet touché par Florence Foresti cette année. Si elle avait encaissé 50 000 euros en 2016, la comédienne a cette fois reçu 130 000 euros pour son grand retour sur la scène du Théâtre du Châtelet, dont 30 000 euros ont été reversés à ses auteurs, selon Cyril Hanouna.

La ch’outzpah de ces juifs.

Et le défilé juif ne cesse plus.

Toute la juiverie médiatique se déchaîne, espérant sauver le pointeur de shiksas Polanski dont, au reste, plus personne ne parle du film anti-français à la gloire de la race juive, « J’accuse ! ».

Comme (((Richard Anconina))) au micro de (((Nathalie Lévy))) sur Europe 1.

Sans oublier, bien entendu, le vieil hébreu de Pologne Finkielkraut – figure du commandeur de la droite réactionnaire – dûment cité comme témoin par le yid Enthoven.

Mieux : Bernard-Henri Lévy qui se demande tout simplement pourquoi les goyim posent des questions à propos de la race élue.

Ha !

« Mais pourquoi pas ces sales catholiques ?! »

C’est vrai, pourquoi ?

Comme de juste, placés face à leurs crimes, les juifs inversent l’accusation. Les viols commis n’ont aucune importance, ce qui est devient impardonnable aux yeux des yids, c’est que les goyim osent relever le point commun de tous ces pointeurs du show-biz : leur appartenance à la tribu juive.

D’ailleurs, c’est un « homme blanc ».

On en revient donc à l’essentiel : prêter serment d’allégeance au peuple élu ou encourir le tribunal rabbinique.

Notez que Polanski continue d’aller et venir librement en France, protégé par les maîtres du pays.

Tous les amateurs de mineures ne peuvent pas se prévaloir d’une telle solidarité médiatique.

Polanski étant, comme des millions de juifs, un « survivant de l’Indicible », il bénéficie de l’immunité raciale complète.

C’est ainsi que les choses fonctionnent à la cour du roi de Judée.