Home / Guerre raciale / Ramadan confiné : les émeutes se multiplient dans les quartiers de la diversité républicaine

Ramadan confiné : les émeutes se multiplient dans les quartiers de la diversité républicaine

Captain Harlock
Démocratie Participative
21 Avril 2020

 

Le Ramadan approche et la communauté des croyants de France est particulièrement éprouvée par ce long confinement.

C’est donc légitimement qu’elle a décidé de livrer les rues du pays à l’émeute.

Bien sûr à Villeneuve-la-Garenne où un pieux musulman a eu la jambe passablement broyée par un véhicule de police récemment.

A Aulnay-sous-Bois, bourgade pittoresque de la région parisienne.

A Meudon-la-Forêt.

A Gennevilliers.

A Fontenay

A Lyon :

A Saint-Denis :

A Strasbourg, le peuple d’Allah a cramé un commissariat de police, symbole de la mécréance.

Tout cela se passe dans un pays où le gouvernement déploie des hélicoptères pour verbaliser des gens qui oseraient se balader sur la plage.

Castaner fera une petite déclaration sur « la grande fermeté » de la police et de la justice. Et puis des consignes seront données aux Bleus pour qu’ils rasent les murs afin que le Ramadan puisse commencer dans une atmosphère d’harmonie républicaine.

D’ailleurs, si vous, les Blancs, n’avez pas le droit de visiter vos proches, il n’en va pas de même pour nos compatriotes musulmans.

Le Point :

À Marseille, le préfet Emmanuel Barbe, lui, a commencé, il y a déjà une semaine, à intervenir auprès des musulmans afin de s’assurer que toutes les conditions seront réunies pour continuer à respecter les mesures de confinement. Le haut fonctionnaire est allé prêcher samedi dernier à Radio Gazelle,la radio communautaire incontournable dans l’espace marseillais. Il s’implique avec Pierre Dartout, le préfet de la région Paca.

« Certes, nous ne pourrons pas éviter que les gens se rendent visite les uns les autres dans une même barre d’immeubles, explique Emmanuel Barbe. Mais, là, il s’agit d’une question de responsabilité individuelle. Il me semble que la période du ramadan permet encore plus que d’habitude de veiller les uns sur les autres. En revanche, les soirées festives » hors les murs, « comme il y en a tous les ans à cette période, seront interdites ».

Rien d’anormal dans tout ça.

Si vous trouvez ça anormal, c’est que vous n’avez pas encore pris la mesure de votre statut dans la France d’après. Toutes les tribus, surtout les plus agressives, sont officiellement dispensées par le gouvernement de respecter les interdictions qui n’ont vocation qu’à s’appliquer aux Français de souche.

C’est l’égalité républicaine bien comprise.

Commentez l’article sur EELB