Home / Charia Blanche / Roanne : une surveillante de prison divorce de son mari pour se faire sauter par le meurtrier qu’elle fréquente en taule

Roanne : une surveillante de prison divorce de son mari pour se faire sauter par le meurtrier qu’elle fréquente en taule

Sigmar Polaris
Démocratie Participative
22 juillet 2020

Mettez une femme blanche au milieu de meurtriers immigrés et devinez ce qui se passe.

Ouest-France :

Une surveillante du centre pénitentiaire de Roanne (Loire) qui avait remis un téléphone portable à un détenu, dont elle était amoureuse, a été condamnée mardi soir à une interdiction définitive d’exercer cette profession.

Cette femme de 41 ans, « qui affichait de très bons états de service dans l’Administration pénitentiaire où elle était en fonction depuis 17 ans, a aussi été condamnée à 2 000 € d’amende avec sursis », a précisé mercredi à l’AFP le parquet de Roanne, confirmant une information du quotidien régional Le Progrès .

En mars, elle avait été suspendue de ses fonctions et placée sous contrôle judiciaire pour avoir fourni, par amour, un téléphone portable a un détenu avec qui elle disait vouloir « rester en lien ». Outre cet appareil et des cartes SIM, elle lui avait aussi remis illégalement des vêtements et de la nourriture à l’occasion de Noël et de la Saint-Valentin.

L’homme de 35 ans dont elle est amoureuse a été condamné à trois reprises par une cour d’assises etpurge actuellement une peine de 14 ans de réclusion criminelle pour meurtre. Le tribunal correctionnel de Roanne lui a infligé une condamnation de trois mois de prison pour le recel des cadeaux reçus.

La prévenue avait été dénoncée par son époux, avec qui elle est en instance de divorce, lui-aussi surveillant dans cette même prison.

Donner des droits aux femmes et vous obtenez toujours le même résultat.

Le mouvement en faveur des migrants est composée en grande partie de femmes blanches tout comme le mouvement antiraciste.

Les hommes blancs tolèrent ça parce qu’ils pensent qu’en tolérant le moindre caprices des femmes blanches ils auront le droit de coucher avec elles mais c’est l’inverse qui se produit. En cédant aux caprices des femmes et en leur donnant des droits, elles méprisent encore plus les hommes blancs et ont encore moins envie de coucher avec eux parce que les femmes veulent être dominées.

Cette répulsion les encourage à réclamer toujours plus de droits parce qu’elles pensent que les hommes blancs sont faibles et que grâce à leurs droits elles pourront coucher encore plus facilement avec des mâles immigrés dominateurs.

Commentez l’article sur EELB.su