Home / Les dernières actualités / Trump ordonne le génocide numérique des infirmières TikTok

Trump ordonne le génocide numérique des infirmières TikTok

Captain Harlock
Démocratie Participative
01 août 2020

Donald Trump a lancé une offensive d’une cruauté inouïe contre le monde médical, plus spécifiquement contre les femmes blanches qui travaillent dans le domaine hospitalier. Sur le papier du moins.

Trump vient en effet d’annoncer que Tik Tok serait interdit aux États-Unis à compter de ce jour.

CNN :

Le président Donald Trump a déclaré vendredi soir qu’il interdirait la populaire application vidéo courte durée TikTok aux États-Unis, rejetant un éventuel accord pour que Microsoft achète l’application à sa société mère chinoise.

« En ce qui concerne TikTok, nous leur interdisons l’accès aux États-Unis », a déclaré M. Trump aux journalistes alors qu’il était à bord d’Air Force One.

M. Trump a déclaré qu’il pourrait utiliser des pouvoirs économiques d’urgence ou un décret. Il n’a pas été immédiatement clair à quoi ressemblerait un tel ordre.

« Eh bien, j’ai cette autorité », a-t-il dit.

Plus tôt dans la journée de vendredi, les personnes travaillant sur la question au sein de l’administration Trump s’attendaient à ce que le Président signe un ordre pour forcer ByteDance, la société chinoise qui possède la plateforme de médias sociaux, à vendre les opérations américaines de TikTok, selon une personne connaissant bien le sujet.

Cette décision visait à répondre aux préoccupations des décideurs politiques qui craignaient que la société étrangère TikTok ne constitue un risque pour la sécurité nationale.

Le gouvernement américain procède à un examen de TikTok pour la sécurité nationale et se prépare à faire une recommandation politique à Trump, a déclaré le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin aux journalistes cette semaine à la Maison Blanche.

ByteDance envisage de modifier sa structure d’entreprise et aurait déjà étudié la possibilité de vendre une participation majoritaire dans TikTok.

Microsoft (MSFT) est en pourparlers pour acquérir TikTok, selon le New York Times, citant une personne ayant connaissance de ces discussions. Microsoft a refusé de faire des commentaires à CNN Business. Trump a fermement rejeté l’idée d’un éventuel accord dérivé pour satisfaire les préoccupations de sécurité nationale.

Les critiques de TikTok craignent que les données qu’il recueille sur ses utilisateurs américains ne finissent entre les mains du gouvernement chinois, bien que TikTok ait déclaré qu’il stocke ses données en dehors de la Chine et qu’il résisterait à toute tentative de saisie des informations par Pékin.

Les experts en cybersécurité ont déclaré que le risque potentiel de TikTok pour la sécurité nationale est largement théorique et qu’il n’y a aucune preuve que les données des utilisateurs de TikTok ont été compromises par les services de renseignement chinois.

Ce fasciste de Trump s’en prend avec une brutalité inédite au droit des femmes blanches de faire connaître leurs effroyables conditions de travail au moment où elles luttent avec une bravoure inouïe pour remporter la Troisième Guerre Mondiale sanitaire.

J’ai du mal à croire qu’il ait osé.

Sans ces images, l’opinion publique n’aurait pas pu mesurer la dureté des combats que mènent ces femmes blanches héroïques pour sauver l’humanité. Combien d’hommes ne m’ont pas dit, après avoir vu ces vidéos, comme ils avaient honte d’être des hommes blancs privilégiés. Tantôt dans les rangs de l’armée, tantôt sur les chantiers, tantôt dans les usines d’agroalimentaire, des hommes m’ont confié se remettre profondément en question. « Et dire que je me plaignais de mes 60 heures par semaine payées 40 » est la phrase qui revenait le plus souvent.

L’exemple le plus frappant que je puisse vous donner, c’est celui d’un pompier volontaire qui m’a confessé ne plus pouvoir regarder sa femme dans les yeux en rentrant. « J’ai tellement honte » m’a-t-il dit.

Tik Tok a contribué comme aucune autre technologie à l’émancipation des femmes persécutées d’Occident. Les fascistes blancs ne pouvaient pas ne pas le remarquer.  Vous voyez, les fascistes ne peuvent pas longtemps dissimuler leur volonté de domination patriarcale et leur haine des femmes fortes et indépendantes. Ils savent que le féminisme menace structurellement leur soif d’exploitation du genre humain, tout particulièrement des populations de couleur. En laissant un fasciste à la Maison Blanche, le droit inaliénable des femmes à se filmer pour attirer l’attention allait fatalement être remis en cause.

Nous y sommes.

J’espère qu’une grande mobilisation mondiale contre le fascisme digital blanc va se former et j’espère que les femmes blanches vont agir pour renverser Trump en novembre.

Un autre défi découle de la destruction de ce réseau social voulue par Trump : le chômage.

Des tas de femmes blanches émancipées vont du jour au lendemain devoir trouver un emploi productif. Ce qui en 2020 est tout simplement impensable pour l’avant-garde féminine du progressisme. Si cette mesure est étendue à la France – ce dont je doute mais on ne sait jamais – des tas de jeunes femmes blanches de 17 ans risquent de se suicider, faute d’avenir.

Plus Tibo Inshape.

Je crois pouvoir dire que nous sommes à un tournant.

Et puisque la deuxième vague de Covid19 arrive, comment allons-nous pouvoir voir les femmes blanches sauver le monde une nouvelle fois ?

Je n’ai pas la réponse à cette question.

Je suis encore trop ébranlé par cette annonce pour avoir les idées claires et formuler un début de réponse.

Commentez l’article sur EELB.su