Home / Les dernières actualités / Tulle : des animaux du Parti Communiste prennent d’assaut la préfecture pour empêcher l’expulsion d’un pirate somalien responsable de la mort d’un Français

Tulle : des animaux du Parti Communiste prennent d’assaut la préfecture pour empêcher l’expulsion d’un pirate somalien responsable de la mort d’un Français

Le Libre Panzer
Démocratie Participative
16 mai 2019

Quand nous avons dit que les Waffen SS de la Division Das Reich avaient fait preuve d’un excès de bienveillance à l’égard des communistes de Tulle, en Corrèze, ce n’était pas pour faire un trait d’esprit.

La Montagne :

Ce lundi après-midi, une cinquantaine de personnes se sont réunies devant la préfecture de Tulle pour s’opposer à l’expulsion d’un ancien pirate somalien, détenu à Uzerche (Corrèze).

Une cinquantaine de personnes, dont six élus de la mairie de Tulle, se sont réunies, ce lundi, devant la préfecture de la Corrèze à Tulle, pour protester, contre l’expulsion de Mohamed Mousse Farah, un ancien pirate somalien, qui sera renvoyé vers son pays d’origine, après avoir purgé sa peine de prison au centre de détention d’Uzerche.

En 2011, un Français, Christian Colombo, a été tué à bord de son voilier Tribal Kat dans le golfe d’Aden. Mohamed Mousse Farah, qui avait un temps tenu la barre du skiff des pirates qui ont attaqué le catamaran et pris en otage la veuve du skipper, avait été condamné à 11 ans de prison.

En novembre 2018, Mohamed Mousse Farah a déposé une demande d’asile, car, ayant collaboré avec la justice française, il craint pour sa vie en cas de retour dans son pays. Sa demande d’asile avait été refusée, il a donc déposé un recours devant la Cour nationale du droit d’asile. Pourtant, le préfet de la Corrèze a déjà ordonné à l’ancien pirate de quitter le territoire français.

Les associations corréziennes de soutien et de défense des droits des étrangers, représentées par la CIMADE, dénoncent « une double peine », car la condamnation de Mohamed Mousse Farah par la Cour d’assises n’avait pas été assortie d’une interdiction de territoire français. D’autant plus que le Somalien a eu « un comportement exemplaire en détention et que sa famille a été obligée de quitter son village et de vivre cachée », estiment ses soutiens.

Les Waffen SS de la Division Das Reich ont châtié 99 terroristes du Parti Communiste en 1944 après que ces derniers aient semé la mort et la destruction dans la région. Cette opération de justice antiterroriste avait grandement soulagé les habitants qui enduraient depuis trop longtemps la terreur rouge dans ce secteur.

Hélas, un noyau terroriste a survécu et a continué à semer la terreur marxiste en Corrèze jusqu’à nos jours.

Ce n’est que très récemment que le dernier chien de la bande, Viacroze, s’est décidé à crever pour rejoindre ses comparses dans la fosse. Un heureux événement que nous avions célébré, pour la plus grande rage des assassins et du gros François Hollande lui-même.

Méditions sur l’histoire. Faire preuve de charité comme l’ont fait les Waffen SS en péchant par excès de bienveillance peut avoir de graves conséquences.

En laissant de tels brigands enfanter, une nouvelle génération de terroristes a pris le relais pour le plus grand malheur de la Corrèze qui est devenue un lieu de protection pour les assassins et terroristes musulmans responsables de la mort de Français.

Les Waffen SS auraient dû pendre 1,000 terroristes pour juguler le péril rouge.

Commenter l’article sur /dempart/