Home / Les dernières actualités / US : un nègre agressif abat une factrice blanche qui refusait de lui distribuer son chèque d’aide sociale

US : un nègre agressif abat une factrice blanche qui refusait de lui distribuer son chèque d’aide sociale

Leutnant
Démocratie Participative
07 mai 2020

Ne pas donner son argent gratuit à un nègre peut très mal finir pour une Blanche.

The Independent :

Un homme a tiré sur une employée de la poste et l’a tuée, après qu’elle ait refusé de lui remettre son chèque de relance à cause de son chihuahua agressif.

Tony Cushingberry, de l’Indiana, a pris à partie Angela Summers, une employée de la poste, lundi, lorsqu’elle n’a pas remis son chèque d’aide.

M. Cushingberry attendait son chèque, qui fournit 1 200 dollars à chaque Américain gagnant moins de 75 000 dollars par an, dont le travail a été affecté par la pandémie de coronavirus.

L’Indy Star a rapporté que Mme Summers refusait de distribuer le courrier à ce jeune homme de 21 ans parce que son chihuahua était agressif avec elle.

Après que Mme Summers ait refusé de lui remettre le chèque lundi, il l’a prise à partie sur le porche d’un voisin et lui a demandé à plusieurs reprises son courrier, a rapporté le journal.

Mme Summers, la mère d’une jeune fille de 14 ans, l’a ensuite aspergé de gaz lacrymogène, avant que M. Cushingberry ne la tue, a-t-il admis selon un procès-verbal publié par le tribunal mardi.

Dans ces documents, il a révélé qu’il souffre d’asthme et qu’il a ressenti un malaise avec le gaz lacrymogène, mais qu’il « ne voulait pas tuer la factrice, mais qu’il voulait lui faire peur », a-t-il déclaré.

Le président de la National Association of Letter Carriers (NALC) Brance 39, Paul Toms, a déclaré à Fox59 que le litige sur le courrier n’était pas nouveau.

« Il y avait une histoire à ce sujet depuis un certain temps, si j’ai bien compris. Des lettres de plainte à propos du chien avaient été envoyées. Il s’agit d’un formulaire à l’attention du client lorsqu’un chien est une nuisance, un danger ou agressif.

« Trois lettres, une pour les avertir, une seconde pour les prévenir, puis une pour annoncer la suspension du courrier », a-t-il ajouté.

M. Cushingberry a été accusé de meurtre au second degré, d’agression sur un employé fédéral et de décharge d’une arme à feu lors d’un crime, selon les documents du tribunal.

Commentez l’article sur EELB